La domination masculine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1012 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La domination masculine
Pierre Bourdieu

a. Biographie

Pierre Bourdieu est un sociologue français. Il est né en 1930
Enfant unique, ses parents sont ouvriers. Il suivit des études philosophiques à Paris.
Par la suite, il fit son service militaire et en raison de ses capacités rédactionnelles, il est affecté à la faculté des lettres d’Alger où il poursuit ses études sur l’Algérie. Ilétudia, ethnologiquement, la région de Kabylie.
Dés le début des années 80, il s’implique dans la vie publique en soutenant des grévistes etc. En 1981, il devint professeur au collège de France. Durant toute sa carrière de professeur universitaire, il a mené une activité d’éditeur grâce à laquelle il a diffusé sa pensée. En 1985, il devient directeur du centre de sociologie européenne.
En 1995, ilcrée une maison d’édition, « Raison d’agir », publiant des travaux de jeunes chercheurs. Il est recherché et contesté par les médias. Il meurt le 23 janvier 2002.

b. Analyse de l’essai

Pierre Bourdieu part du postulat que le monde est agencé d’une certaine manière et que cet agencement se reproduit plus facilement qu’il ne se bouleverse.

Dés le préambule, il expose sa thèse. Ilexplique que la domination est une violence invisible et symbolique. Il le répétera plusieurs fois au long de l’essai.

Cette violence symbolique est inscrite dans les modes de pensées. La personne « dominée » ignore qu’elle l’est. Elle ne connaît pas et n’est pas consciente de la domination qu’elle subit. La personne dominée finit par adopter les manières de penser du dominant.

Plusieursinstitutions sont reproductrices de ces modes de pensée. Tout d’abord, la famille, Où il y a une division des rôles. La femme au foyer etc. Ensuite, l’Eglise qui a toujours été antiféministe et enfin l’Etat avec ses lois, droits de vote etc.

La définition de la domination masculine pour Pierre Bourdieu est : une organisation matérielle et symbolique où la vérité exaltée s’oppose à la féminité reléguéedans la sphère du privé, du foyer.

Le mouvement féministe remet en cause la place et le rôle de la femme dans la sphère privée mais il n’a pas encore remis en cause les modes de pensée.

On peut clairement voir l’acte sexuel comme un acte de domination masculine dans le sens où l’homme est actif, au dessus de la femme qui, elle, est passive.

D’après Pierre Bourdieu, la différence anatomiqueentre les organes sexuels peut être considérée comme la justification naturelle de cette différence sociale.
En effet, le vagin peut être représenté comme un pénis inversé. Ce qui fait qu’on ne voit pas le vagin. Il y’ a un certain «  manque à être », un  « manque à voir ». Il est caché donc mystérieux, étrange et, comme inconnu, potentiellement dangereux. Cette représentation est une égalité oùle masculin est puissant, visible, supérieur, positif alors que le féminin est secret, enfoui, faible, inférieur et négatif.

Souvent, la masculinité est associée à la noblesse. Dés qu’un homme réalise une action ou une tâche qui est normalement exécutée par les femmes, il l’ « anobli ». Par exemple, une femme ne sera qu’une simple cuisinière alors qu’un homme sera un cuisinier, sous entendu, unchef coq. C’est la même chose qui se passe dans le cas d’une couturière et d’un couturier.

Selon Pierre Bourdieu, il y a eu une réelle progression depuis les années 60 mais il y a encore des progrès à faire. En effet, les femmes ont pu avoir accès à de nouvelles carrières, tel que médecin, professeur etc. Cependant, elles ont tendance à se tourner vers des carrières féministes. Si elles sontmédecins, une majorité sera gynécologue ou pédiatre. Si elles choisissent une carrière d’enseignante, elles se tourneront vers les maternelles. Une majorité de femmes étudie la psychologie car c’est l’étude de l’intérieur, de l’âme, du foyer. Alors qu’il y a plus d’hommes qui étudient la politique, étude de la société, de l’extérieur, des lois, des règles, de l’obéissance.

Il y a donc plus un...
tracking img