La fonction du roman de formation : la princesse de clèves & les liaisons dangereuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2788 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Selon Moretti, le roman de formation ou d’apprentissage, a pour thème le parcours évolutif du personnage du roman, généralement jeune, jusqu’à ce qu’il accède l’idéal de l’homme ou de la femme défini et érudit. Autant, en nous fondant sur cette assertion, le roman de formation se définit comme la description du personnage candide, et innocent, qui traverse des obstacles et épreuves, dansl’objectif est de murir et d’en tirer des leçons. À ce titre, le roman de formation s’oppose à la fonction romanesque du roman en général, qui est simplement évasif.
Le roman de formation ou d’apprentissage, est souvent caractérisé par la fiction narrative. Le choix des personnages dépend de la signification que le narrateur veut donner à son texte. C'est-à-dire la logique et le regard qu’il porte sur lemonde en général, et particulièrement son environnement. Cette procédure efface la fiction et la transforme en réalité. Dans cette lancée, certains auteurs à l’image de Madame de La Fayette et Pierre Choderlos de Laclos, dans leur œuvre respective, La Princesse de Clèves et Les Liaisons dangereuses ont choisit des personnages miroitant la réalité de leur époque. En d’autres termes, lesprotagonistes dans ces romans reflètent les acteurs des événements de la vie quotidienne, leur existence et leur destin. En effet, dans La Princesse de Clèves, La Fayette fait le portrait de la princesse de Clèves prise entre l’étau de la passion et la vertu. Elle est mariée à monsieur de Clèves à jeune âge. À l’état adulte, Elle découvre une passion amoureuse pour Le duc de Nemours, avec lequel elle n’entendpas mettre en doute sa vertu. Cette réalité est différente de celle de Cécile de Volanges dans Les Liaisons dangereuses. Cécile de Volanges est une jeune fille, sortie du couvent sous les injonctions de sa mère, pour marier le comte de Gercourt, l’ancien amant de sa tante et parraine, La marquise de Merteuil. Cette dernière qui dans un duel pervers et manipulateur avec Le vicomte de Valmont, vauser de projets machiavéliques pour faire échouer le mariage de sa pupille.
Dans les deux cas précités, les auteurs focalisent le cheminement évolutif des héroïnes ; c'est-à-dire, Cécile de Volanges et La Princesse de Clèves en trois étapes : le temps de jeunesse ; le temps d’apprentissage ; le temps de maitrise ou de pratique. Ces trois étapes des protagonistes sont axées sur leur éducation, etrelations sociales. Une fois les deux premières étapes accomplies, les personnages vont mettre en pratique leur expérience, qui résultera par un échec aux conséquences complexes dans leur communauté.
Le roman de formation fait le portrait du personnage par la description de son état moral et ses liens sociaux au stade de la jeunesse, l’apprentissage et la pratique.
Pendant la phase de lajeunesse, l’auteur décrit son personnage avec des caractéristiques pittoresques pour attirer l’attention du lecteur sur des traits particuliers comme l’éducation. La Fayette n’a pas manqué de décrire les enseignements dictés à Mlle de Chartes, future épouse du prince de Clèves. La princesse de Clèves a été éduquée par sa mère, madame de Chartes « dont le bien, la vertu et le mérite étaientextraordinaires » (10). Cette éducation n’était pas fondée « seulement à cultiver » l’ « esprit et » la « beauté » de la princesse, mais « aussi à lui donner de la vertu et à lui rendre aimable » (10). Ainsi, la princesse apprend sous la gouvernance de sa mère les mœurs et réalités de son milieu de vie. C’est à juste titre que sa mère ne manque pas de l’avertir du comportement libertin des membres de la courdu roi et de la complexité des sentiments amoureux. À cet égard, madame de Chartes « faisait souvent à sa fille des peintures de l’amour ; elle lui montrait ce qu’il a d’agréable, pour le persuader plus aisément sur ce qu’elle lui en apprenait de dangereux ; elle lui contait le peu de sincérité des hommes, leur tromperies et leur infidélité » (10). Subséquemment, la princesse apparait comme un...
tracking img