La france des "petits moyens"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1014 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La France des « petits moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire.
L’enquête sur les pavillonnaires de la banlieue parisienne s’inscrit dans le renouveau de la sociologie de la stratification sociale qui rappelle que les inégalités de revenus, de patrimoines, de capitaux culturels sont importantes et tendent même à s’accentuer entre classes sociales. Les auteurs rendent ainsi compte desnombreux malentendus qui s’opèrent à propos des strates « moyennes » plus marquées par leurs divisions internes, sociales, générationnelles, salariales, culturelles, spatiales, que par ce qui les lierait. Le livre prend donc le partie d’analyser une strate spécifique, celle des habitants des pavillons situés à la frontière entre les classes populaires les plus favorisées et le bas des classesmoyennes. Elles se caractérisent par l’occupation de positions professionnelles subordonnées : des employés et des techniciens ainsi que des cadres moyens. Cependant, les orientations de leur parcours social et professionnel ne correspondent pas à une ascension sociale mais comportent de nombreux accidents et revirements, des mobilités de faible ampleur.

Sans ignorer les différences entre classessociales que font apparaître les statistiques dans les enquêtes sur les CSP, l’enjeu de l’enquête est de mettre à jour les différences « internes » (en fonction du diplôme, du quartier résidentiel...) grâce à l’enquête ethnographique. Citons les auteurs : « mais en se plaçant sur une durée un peu longue, en remontant aux années 1960 et 1970 qui ont vu se “ détendre ” les mécanismes de la reproduction,il s’agit justement d’analyser les conditions de possibilité et les effets variés des “ petits déplacements sociaux ”, des ascensions sociales modestes, et leur évolution au fil de générations qui occupent successivement ces positions de “ petits moyens ” » (pp. 14-15).

Les « petits-moyens » de l’enquête appartiennent à trois cohortes nées pour la première dans les années 1940 connaissant unemobilité sociale, la seconde dans les années 1960-1970 vivant une relative progression professionnelle et résidentielle quand l’époque est aux possibilités d’ascension des plus réduites, et la troisième née dans les années 1980 qui concerne donc les jeunes des pavillons.

L’enquête de terrain est conduite à Gonesse, dans la région parisienne, se trouvant en marge des secteurs pauvres du nord-estde l’Île-de-France. Le quartier étudié se caractérise par l’hétérogénéité des habitants en raison des périodes d’arrivée dans les pavillons. Elle a été réalisée en deux temps, d’abord en 2003-2004 puis 2006-2007.

Le livre s’organise en cinq chapitres (plus l’introduction et la conclusion). Après le chapitre sur les caractéristiques socio-démographiques et spatiales du quartier, les chapitresprésentent les cohortes d’habitants selon leur ordre d’arrivée dans le quartier. Le texte s’appuie enfin sur la présentation de trajectoire sociale d’habitants.

Pour les « pionniers », la vision du quartier d’arrivée dans les années 1960-1970 est celui de l’égalité et de partage de services entre voisins malgré les différences de statut professionnel et les inégalités objectives d’accès à leurpropriété. Ils ont cependant des caractéristiques communes : statut de jeunes parents, expérience de l’endettement bancaire. Il s’agit pour tous de faire preuve de mesure dans les dépenses. La volonté commune est de faire mieux que leurs parents mais aussi de « vivre avec ce que l’on a ». Ces dispositions s’expliquent par l’origine sociale ouvrière ou agricole qui fait apprendre à compter, àpréférer l’essentiel au superflu, une majorité a aussi connu une socialisation catholique favorisant un rapport à l’argent « réaliste » qui limite aussi les ambitions sociales. Les récits de ces pionniers insistent aussi sur les sociabilités dans le quartier dans les années 1960 et 1970 qui ont pour support les enfants, l’éducation avec des normes partagées entre familles : le quartier « est un petit...
tracking img