La gouvernance des associations sportives amateurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 256 (63904 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION GENERALE
______________________________________________

Le terme de gouvernance est un mot vague et controversé. Il est vague par son succès même, qui a étendu son usage à de trop nombreux domaines de la pensée, de la communication et de l‟action, pour qu‟il conserve encore un sens précis. Il est controversé par ailleurs, car ceux qui l‟utilisent ne le font ni pour les mêmesraisons, ni en vertu des mêmes principes. Les premiers à utiliser ce terme dans un cadre universitaire sont Berle et Means1 (1930) dans une première approche pragmatique des politiques publiques et du fonctionnement des entreprises. Ces deux auteurs mettent en lumière, avec l‟apparition de la firme managériale, la fin de la légitimité des actionnaires à être les seuls créanciers résiduels, et le débutd‟une démarche partenariale au sein des entreprises qu‟ils nomment gouvernance. Cependant à cette époque, ce mot n‟apparaît pas comme porteur d‟un sens particulièrement important. Mais déjà il peut se définir à deux niveaux. Le niveau macro qui met en relation l‟Etat et le marché, et le niveau micro qui étudie principalement les rapports entre le dirigeant et les actionnaires (corporategovernance). La gouvernance se veut une contribution à la résolution des problèmes de gouvernement mis à jour par l‟évolution du contexte d‟action de ce dernier (caractérisé par un poids plus grand de l‟incertitude). Elle est par essence plurielle, en réseau, transversale, et suppose l‟absence d‟acteur dominant. Avec la gouvernance, l‟intérêt général n‟est plus donné, arrêté d‟en haut, enfermé dans unesphère. Au contraire, il se construit et circule, appartenant temporairement à celui qui l‟exploite. « La gouvernance, ce serait tout bonnement de l‟action publique en réseaux, une pratique de procédures de négociation, l‟ajustement entre acteurs n‟en reste pas moins nécessaire. La négociation en réseaux apparaît comme un mode de coordination entre acteurs, impliquant objectifs et moyens,

1Berle, A.A., Means, G.C. (1930), "Corporations and the public investor", The American Economic

Review, Vol. 20 No.1.

1

systèmes de valeurs et logiques d‟intérêts. Et cela par des procédures d‟interaction et de négociation systématique » (Jean-Pierre Gaudin, 2002). Cette démocratisation de l‟intérêt général se révèle être un phénomène très complexe et contradictoire. Elle s‟explique par desfacteurs bien identifiés: suffrage universel, diffusion de l‟éducation, développement des médias. Plus une association est démocratique (existence d‟une rotation dans les charges), moins elle présente des gages de sécurité pour ceux qui occupent les postes de dirigeants. Or, les leaders désirent conserver leurs postes ; l‟insécurité endémique de leur statut dans la démocratie, le fait que leurcontrôle de la structure de l‟organisation et l‟usage qu‟ils font de leurs qualités les maintiennent souvent à leur poste, aide à développer des facteurs de dysfonctionnement. Chacun a désormais son mot à dire et, de plus à faire valoir. En France, l‟histoire des rapports entre les associations et la puissance publique est marquée par une succession de méfiances et d‟incitations. C‟est donc unehistoire faite d‟ambivalences. La méfiance vis-à-vis des corporations ou à l‟extrême leur interdiction va tantôt céder la place à leur soutien et leur incitation. La gouvernance des associations sportives amateurs s‟opère, en France, dans un contexte particulier où les clubs sportifs amateurs sont sous la tutelle de l‟Etat et dépendent des aides matérielles et financières des collectivités localespourvoyeuses d‟installations sportives et de subventions. Cette double dépendance n‟est pas sans influence sur le fonctionnement de la gouvernance associative. En effet l‟Etat joue un rôle primordial en imposant aux associations un minimum de démocratie interne et en pouvant sanctionner son absence de diverses manières, notamment en refusant ou en retirant l‟agrément. Les pouvoirs publics ont...
tracking img