La lecture: danger ou moyen d' initiation au monde?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1151 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans son essai sur l’éducation l’Emile, le philosophe des Lumières ROUSSEAU a dit : « Je hais les livres, ils n’apprennent qu’à parler de ce qu’on ne se sait pas », affirmation à la fois violente et paradoxale pour un écrivain. On peut alors se demander quels sont les différents rapports à la lecture. D’abord, nous aborderons la lecture comme danger. Puis ne parlerons de la lecture commemédiateur, comme moyen d’initiation au monde. Enfin, nous observerons la multitude des rapports au livre.

I La lecture comme danger
La lecture peut donner une vision fausse de la réalité. Dans Les Confessions, ROUSSEAU qualifie la lecture de « dangereuse méthode » qui lui prodigue « des émotions confuses » et « des notions bizarres et romanesques » de la vie humaine. Jean Paul SARTRE nousexplique dans Les Mots qu’il a acquiert une vision manichéenne du monde, avec le Bien d’un côté et le Mal de l’autre. Il dit aussi dans cet ouvrage: « C’est dans les livres que j’ai rencontré l’univers ; et j’ai confondu le désordre de mes expériences livresques avec le cours hasardeux des évènements réels. De là vint cet idéalisme dont j’ai mis trente ans à me défaire. », ce qui montre que la lecturepeut donner une conception inexacte de la vie. Dans l’histoire, les livres ont permis à des hommes de faire de la propagande, c'est-à-dire de persuader des gens à agir et penser d’une certaine façon en leur donnant une fausse vision de la réalité. Le petit livre rouge de MAO et Mein Kampf d’HITLER, ouvrage dans lequel il expose l’idéologie politique du nazisme, ou encore « Ô Grand Staline » poème deRASHIMOV, un poème qui fait l’éloge du dictateur Staline, en sont des exemples.
La lecture peut aussi être responsable de la perte de contact avec la réalité. Dans Madame Bovary de Gustave FLAUBERT, Emma souhaite que sa vie soit aussi intéressante que celle des personnages de ses livres. Elle pense qu’elle mérite mieux que son existence tranquille, c’est pourquoi elle tente par tous lesmoyens de vivre des aventures palpitantes et finit par se suicider.
La lecture peut également rendre méprisant et superficiel. Certains lecteurs peuvent se sentir supérieurs car ils ont acquis du vocabulaire et appris des choses. Pour Pénacle, quelqu’un qui ne lit pas est tout aussi respectable qu’un lecteur. En effet, quelqu’un qui n’a jamais lu pas peut avoir vécu des expériences qu’unlecteur aura simplement eu l’impression de vivre à travers ses livres. Rabelais a dit : « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine. », ce qui rejoint l’idée que ROUSSEAU se fait de l’éducation dans l’Emile.

II La lecture comme médiateur, initiation au monde.
La lecture est un moyen d’évasion pour beaucoup de monde. Jacques Vingtras, le personnage principal du livre L’Enfant deJules VALLES, entre dans un autre monde en lisant Robinson Crusoé, alors qu’il est enfermé dans une salle de classe. Il pense que Vendredi frappe à la porte, et imagine qu’il sera obligé de manger des rats pour survivre. Cet état hallucinatoire intense est du au fait qu’il s’est identifié trop fortement au personnage de Robinson. Cette évasion lui a fait perdre la notion du temps et de l’espace,et lui a permis de ne pas s’ennuyer, tout seul dans une salle de classe.
Les livres permettent également de se forger une personnalité. ROUSSEAU raconte dans Les Confessions que les livres de son grand-père qu’il qualifie d’ « intéressantes lectures », l’ont aidé à se former un « esprit libre et républicain, ce caractère indomptable et fier, impatient de joug et de servitude ». La lecturepermet donc d’apprendre l’indépendance et le courage. Dans Les Mots, SARTRE explique que les livres ont développé son optimisme.
Enfin, le livre est un bon moyen pour apprendre des choses dans la vie, celle-ci pouvant ne pas suffire à tout découvrir. Certains livres recueillent donc des connaissances pour les diffuser. Les manuels scolaires et L’Encyclopédie des philosophes des Lumières...
tracking img