La monnaie et ses mechanismes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2442 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1 Introduction
Renchérissement et assèchement du crédit (« credit crunch »), dilemme de la politique monétaire, effondrement du dollar, provisions exceptionnelles et faillites bancaires . . . : la monnaie fait, en cette fin d’année 2007, la une de l’actualité économique. Comprendre ses mécanismes n’a jamais été aussi nécessaire, que l’on veuille appréhender les tenants et aboutissants de lacrise financière enclenchée en juillet 2007, ou évaluer les perspectives de l’économie mondiale pour les mois à venir. Pour cela, quoi de meilleur qu’une relecture de l’ouvrage classique de Dominique Plihon, La monnaie et ses mécanismes, publié en 2001? Dans cette synthèse, l’auteur, professeur à l’université de Paris Nord et président du comité scientifique d’ATTAC, fait le tour des questionsmonétaires en 120 pages, en présentant les principaux débats théo- riques. Dans cette note de lecture, nous proposons un résumé des principales connaissances présentées dans l’ouvrage, sans prétendre bien sûr détailler les cheminements, les mécanismes et les enchaînements, aspects les plus stimu- lants de l’ouvrage pour la compréhension desquels rien ne peut remplacer la lecture du livre.
2 La monnaie,instrument de paiement
Dominique Plihon commence par rappeler utilement quelques définitions fondamentales : monnaie scripturale (notamment émise par les banques com- merciales), monnaie fiduciaire (pièces et billets émis par les banques cen- trales), systèmes monétaires métalliques (où l’objectif est de garantir la stabilité de la monnaie contre l’arbitraire politique en imposant des règlesconcernant la définition et l’usage de celle-ci), étalon-or (système monétaire métallique dans lequel la monnaie est définie par un certain poids d’or, les billets et la monnaie scripturale sont convertibles en or auprès du système bancaire, et l’or est accepté pour payer toutes les transactions).
S’en suivent quelques rappels historiques : si la crise de 1929 et ses suites ont progressivementcontraint l’ensemble des pays à abandonner la converti- bilité en or, le métal précieux a longtemps continué à jouer un rôle primordial à l’échelle internationale : les accords de Bretton Woods de 1944 définissaient dans le cadre du Gold exchange standard la valeur du dollar au taux de 35 dollars l’once d’or. La démonétisation de l’or au niveau international ne fut effective qu’en 1976, lorsque touteréférence à l’or fut supprimée dans les statuts du FMI. Après 1976, l’émission de billets ne dépend plus que de la demande des agents économiques et de la politique monétaire : le billet ne tire plus sa valeur de sa convertibilité en or mais de son pouvoir libératoire imposé et garanti par les autorités monétaires.
Au terme de ce panorama, une première caractéristique des systèmes mo- nétairescontemporains émerge : la monnaie contemporaine est principale-
3
ment scripturale et échappe ainsi en partie au contrôle des banques centrales. Mais alors, par quels mécanismes les banques de second rang créent-elles de la monnaie et participent-elles à la croissance de la masse monétaire ? Tout crédit accordé revient à créer de la monnaie. La masse monétaire s’accroît quand les flux de créditsnouveaux sont supérieurs aux flux de rembourse- ment. Il convient néanmoins de préciser que la création monétaire ne provient pas uniquement des opérations de crédit menées par les banques de second rang. Elle peut également provenir : – du financement par les banques du budget de l’Etat, via l’achat des titres émis par le Trésor pour couvrir le déficit budgétaire : c’est la monétisation de la dettepublique ; – d’une aug- mentation des créances du système bancaire sur l’extérieur.
Le pouvoir de création monétaire des banques n’est cependant pas illi- mité, puisque 1) ces dernières doivent assurer la conversion scripturale de monnaie en billets, et que 2) chaque banque est tenue d’assurer la conver- sion de sa monnaie avec la monnaie des autres banques. Ces deux fuites limitent le pouvoir...
tracking img