La paix comme moteur ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (283 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1. L'état primitif de l'homme est celui de l'hostilité.
Cette vision pessimiste est, par exemple, celle de Hobbes et de Schopenhauer. On pensera aussi auxpulsions de mort mises à jour par Freud avec le Thanatos.
2. La nature des États veut la guerre.
Les conflits politiques incessants ont généré cette vision réalisteet cynique des principes auxquels obéissent les États, guidés par leurs tentations hégémoniques et nationalistes.

A. L'homme est naturellement pacifique.
Onpourra penser à la nostalgie de l'âge d'or, évidente chez Aristophane, aux thèses rousseauistes du bon sauvage pour caractériser cette vision optimiste et patriarcalede l'humanité.
B. La paix a pour elle une évidence de bien-être.
D'un point de vue simplement empirique, force est de constater que l'aspiration massive despeuples est du côté de la paix, où s'épanouissent les images de bonheur et de jouissance. Ici encore, on pensera à Aristophane.

Conclusion :
Par nature, guerre etpaix attisent des passions néfastes.
La nature veut-elle quelque chose ? Il est temps de mettre en cause ce déterminisme. Dans ces sollicitations ambiguës, où lescultures jouent leur rôle, on pourra renvoyer dos à dos guerre et paix si elles sont l'occasion d'attiser les passions rivées dans le cœur des hommes.
La paix est àconstruire par l'effort humain, réglé par le droit et la morale.
Si la paix n'est pas naturelle, il faut l'instituer. Quant à la guerre, elle pourra elle-même dépasserla pulsion naturelle qui la commande pour servir, elle aussi, à la réalisation de la paix. De toutes ces tâches, l'homme, aidé par sa raison, doit être l'artisan.
tracking img