La question de la nature chez élisée reclus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 56 (13806 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Du roman des origines, aux origines d’une conscience écologique : Élisée Reclus et le Pays foyen
Aux origines d’un intérêt pour Elisée Reclus
crire sur Elisée Reclus n’est jamais un acte ordinaire, c’est souvent le résultat d’une rencontre fortuite, avec un élément déclencheur à l’origine d’une recherche voire d’une longue quête (1). Notre intérêt pour l’œuvre d’Élisée Reclus est venu d’unecuriosité ayant pour cadre à la fois un travail d’enseignant en environnement, ainsi que différents travaux de recherche qui portaient à la fois sur l’écologie et sur l’histoire des sciences de la nature. Cette démarche nous amena tout naturellement,à découvrir les travaux du biologiste Pierre Kropotkine (2) et à nous intéresser à ses théories qui portaient sur la coopération entre les espèces,théories qu’il présenta dans son célèbre ouvrage intitulé : «L’entraide». (3) P. Kropotkine dans ce livre, se faisait le propagateur de la coopération et de la symbiose entre les espèces, qui constituaient pour lui les bases

Olivier Sigaut
Enseignant en gestion et politiques publiques de l’environnement. olivier.sigaut@laposte.net
E

du fonctionnement des écosystèmes. Avec cette approche del’écologie (4) , il complétait et prolongeait à la fois la théorie écologique darwinienne, tout en s’opposant vigoureusement aux

Illustration de Kupka.
Extrait de «L’homme et la terre» illustrant la notion d’entraide.

101

dérives initiées par le darwinisme social présent dans cette fin de XIX e siècle. Cette idée de coopération on va la retrouver dans bon nombre de références et d’illustrationsde l’ouvrage emblématique d’Elisée Reclus intitulé : «L’homme et la terre». Pierre Kropotkine a été ce que l’on appelle un scientifique-explorateur : il voyagea et cartographia le premier certaines régions de Sibérie (le Sougari et les montagnes du grand Khingan en 1864, ainsi que le Saïan oriental en 1865).A la fois membre de la société russe de géographie et membre du groupe bakouniniste desanarchistes russes, il décida de fuir

Elisée Reclus et la naissance du sentiment de la nature
Nous avons aussi été amenés à approfondir notre connaissance de l’œuvre d’Élisée Reclus, en nous intéressant en particulier à l’histoire des universités populaires et des différents mouvements ouvriers et libertaires de ces deux derniers siècles. Pour ce faire nous avons à travailler sur la petitehistoire, celle «des gens de peu (5)», souvent passée à la trappe de l’histoire officielle. Il faut signaler qu’il existe sur ce sujet de remarquables travaux d’historiens du monde ouvrier et de la culture populaire (6) , qui nous ont amenés naturellement à consulter et à collecter différents ouvrages et publications (7) du XIX e siècle concernant les mouvements ouvriers et libertaires. Il fautsignaler que ces documents et livres avaient été produits à la fois dans le cadre de l’autodidaxie prolétarienne, des universités populaires naissantes (8) et de la diffusion du savoir scientifique auprès du monde ouvrier (9). Une autre motivation de ces différentes recherches sur Elisée Reclus (et de la conférence de Sainte-Foy-la-Grande) : c’est le désir affirmé de faire partager à d’autres ces momentsprivilégiés de cette histoire sociale et populaire, dans le but de réactiver notre mémoire collective, devenue trop sélective voire amnésique pour tout ce qui trouve en dehors de la doxa (10) et de l’histoire officielle. Il faut en effet rappeler l’oubli dans lequel Élisée Reclus avait été plongé par les manuels d’histoire et de géographie durant tout le XX e siècle (11) .En 1981 (12) YvesLacoste disait : «que le nom même de Reclus et plus encore l’ensemble de son œuvre était ignoré par la plupart des géographes français, ses travaux n’étant jamais cités dans les bibliographies, à tel point que lorsqu’il était question de géographie sociale on cite des auteurs anglo-saxons en omettant que cette idée de géographie sociale avait été exprimée dés 1905 par Elisée Reclus dans son...
tracking img