La question "qui suis-je" admet elle une réponse exacte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA QUESTION « QUI SUIS-JE » ADMET ELLE UNE REPONSE EXACTE

INTRO :
Etape 1 : partir d’une observation courante, d’un constat en accord avec le sens commun
La vie en société procure à chaque individus une identité déterminée : une naissance est enregistrée à la mairie à partir d’un nom, une date, d’une appartenance familiale.
Mon identité civil comprend donc ce nom que je porte, le sexe, monâge, mon statut social (salarié, chômeur…) et familiale (célibataire, marié…). La société s’arrange donc pour savoir qui sont les citoyens.
Etape 2 : trouver une objection, une nuance permettant d’interroger la première observation
Cependant, si je suis une femme ou un homme comme d’autre femmes, d’autre hommes, je me défini aussi par ma différence. Ce que je suis dans l’intimité de ma vie nepeut se résumer à cette identité civile. Il peut m’arriver de me sentir enfant alors que je n’en ai plus l’âge. Il peut m’arriver de douter de ma position sexuelle. Et il peut m’arriver enfin de me sentir aliéné par le travail, ou par une fonction que j’occupe dans la société.
3 : poser la question du sujet
La question « qui suis-je ? » admet-elle une réponse exacte ?
4 : Reformuler la questionPeut-on définir soi-même avec la même objectivité que s’il s’agissait d’un objet d’observation scientifique ?
Ne faut-il pas se méfier des réponses qui prétendent mettre un terme à cette interrogation subjective ?
La vérité sur soi-même peut-elle être de l’ordre d’une réponse définitive ?
5 : annoncer le plan
Nous verrons, dans un premier temps, à quelles conditions la question « qui suis-je »peut se poser. Dans un second temps, nous nous demanderons si cette question ne renvoi pas toujours à une zone d’ombre qui est notre inconscient. Et enfin, nous verrons pourquoi l’existence se construit à travers un questionnement qui permet la liberté.

I. Une thèse : la réponse à la question »qui suis-je » nous est donnée par la pensée
Nous somme obligés dans notre vie quotidienne denous définir de façon déterminée afin d’occuper une certaine fonction dans la société. La réponse exacte à la question de l’identité est une exigence sociale. Nous avons besoin de nous reconnaître les uns les autres à partir de traits communs. Il s’agit là des nécessités du quotidien. Comme le montre Heidegger, la « quotidienneté » nous amène à endosser une identité standard, qui permet de vivrecomme tout le monde.
Cependant, certaines expériences me conduisent à m’interroger sur mon identité profonde, mon identité psychique, qui n’apparaît pas dans cette identité civile. Dans l’expérience amoureuse par exemple, il m’arrive de ne plus me reconnaître moi-même. Proust, dans Un amour de Swan, dépeint un personnage masculin en proie à une jalousie mortifère à l’endroit d’une femme quin’est même pas son genre. Ainsi, la passion amoureuse nous conduit à nous interroger sue ce que nous sommes pour l’autre, sue ce qu’on aime en lui, en elle, mais aussi sur ce qu’il aime en nous.
Pascal se demande ainsi : quand l’autre m’aime, m’aime-t-il vraiment moi ? Aime t’il mon corps, aime-t-il mon image ? « Qu’est-ce donc que le moi ? » s’interroge Pascal. Suis-je encore moi lorsque jesuis malade ? Lorsque je vieillis ? Lorsque je change d’apparence ?
Nous pouvons alors essayer de trouver une réponse à la question « qui suis-je » lorsque que nous n’existons plus seulement à travers le regard de l’autre, mais que nous essayons de nous détacher de tous ce qui viendrait de l’extérieur pour trouver une vérité intérieure. Descartes trouve une réponse : « je suis une chose quipense ». Je ne sais pas exactement qui je suis, mais je sais que ce que je suis, mon être, c’est de la pensée, et c’est en pensant que je suis, que j’existe.

II. Une antithèse : Mais cette réponse consciente est remise en question par l’inconscient
La réponse que découvre Descartes à la question « qui suis-je » est issue de sa conscience. C’est même sa conscience qui la trouve. Je...
tracking img