La raison a-t-elle toujours raison ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1881 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour les Grecs, le mot logos fait jouer de concert pensée et parole. La vérité se dégage des mots et le dialogue se veut être la recherche du sens véritable des choses à deux. Avec le latin ratio, la vérité prend son sens dans les mathématiques.
Avoir raison, cela signifie être dans « le vrai », ne pas se tromper. Or l’homme tend spontanément à assimiler ce qui est conforme à la raison avec cequi est vrai.
Dès lors, le terme « toujours » répond-t-il a une exigence d’absoluité du vrai – ce qui semble à première vue un abus de langage pour tout autre chose que le vrai, uniment vrai et qui exclut l’étranger au vrai – ou seulement au fait d’avoir raison par qualité de son argumentation ?
On se propose dans un premier temps après un effort de définition, de constater que la raison n’araison que dans son rapport avec l’homme qui la juge. Ainsi, on distinguera deux raisons, celle du scientifique, celle des sciences naturelles – qui est nous, le verrons est celle de la majorité –.
Enfin, on tentera d’analyser d’autres instances que la raison, qui permettraient de donner raison à l’individu notamment quant aux effets que produit la rhétorique.

L’ambigüité de l’expression «avoir raison » est le premier obstacle à notre réflexion. Le souci est de savoir si on considère le fait d’avoir raison comme un absolu rapport au vrai, ou seulement comme l’illusion de vrai par la logique, voire le fruit du hasard.
Par définition, il semblerait vain de penser que la raison dans sa globalité est immergée dans le vrai, sinon elle ne serait plus raison mais bien vérité. Cettehypothèse est donc à exclure.
En revanche, la toute-puissance qu’on lui accorde est elle bien effective ? Le constat est que l’homme tend à s’en remettre à son jugement par habitude, parce que ce dernier lui est fidèle. La croyance en la raison dans toute son efficacité se justifie par sa constance et sa fiabilité. Cet à dire qu’elle produit sans cesse pour une cause un et un seul effet, elle estdéterministe ; mais elle est aussi déductive, comme l’a bien identifié Descartes dans le Discours de la Méthode.
Si nous saisissons par la raison une information, il est aisé pour l’esprit d’en saisir la cause et l’origine. Et si par un hasard imprévu, la raison se trouve dans le vrai, qu’elle ait raison sans que nous en ayons la mesure, que nous n’en percevons pas les causes et donc la justification,ce n’est pas parce qu’elle n’en possède pas, c’est parce que nous n’avons pas la manière de les saisir. Ainsi d’abord nous pouvons concevoir la raison, celle qui se fonde en partie sur l’intuition.
Cependant, celle-ci ne fait pas preuve de vérité, elle se contente d’avoir toujours raison pour l’esprit humain. Le fait est qu’un raisonnement valide, qui est le propre de la raison, et desprémisses erronées peuvent aboutir à des conclusions fausses. La raison peut donc avoir raison par hasard, c’est dire que le rapport qu’elle a avec la vérité n’est pas nécessairement conscient. C’est à ce risque que cette raison s’expose.

Or « avoir raison », ne s’apparente pas tant à un rapport à la vérité tant qu’à une croyance. « Avoir raison » n’est-il pas l’assentiment de l’esprit humain auraisonnement valide de la raison ?
Dès lors, une osmose dans le vrai n’est pas tant nécessaire que suffisante, du moins, le vrai pour l’homme dans les faits.
Avant de préciser, on voit déjà que s’il n’y a pas de nécessité à ce que la raison ait raison, cette contingence mise en lumière ne permet pas affirmativement de répondre à la question : si la raison prise dans son sens général peut avoirtort, elle n’a pas toujours raison.
Lorsque des millénaires durant, la science a établi que la terre était au centre de l’univers, ce n’est pas sans avoir développé une réflexion convaincante – qui touche la raison –, une démonstration scientifique de leurs propos. Pourtant lorsque Copernic énonce en 1514 les bases de l’héliocentrisme dans son Commentariolus, il se propose d’appliquer...
tracking img