La tendance antisociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (346 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Résumé du texte :
« La tendance antisociale » de D.W Winnicott in De la pédiatrie à la psychanalyse, Payot 1992

Pour Winnicott la tendance antisociale pouvant se rencontrer chez tout unchacun, elle n’a pas de valeur diagnostique.
L’enfant antisocial est un enfant carencé, c'est-à-dire que la vie familiale ne lui a pas apporté ce dont il avait besoin.
L’enfant à tendance antisociale abesoin d’être contrôlé de l’extérieur et c’est pour cette raison qu’il « oblige quelqu’un, par des pulsions inconscientes, à le prendre en main ».
Cette tendance anti-sociale exprime selon Winnicottun espoir ; elle est l'expression d'une demande adressée à l'environnement qui a été défaillant et auquel on s'adresse.
L’auteur décrit  les deux principaux aspects du comportement antisocial,c’est-à-dire le vol et le mensonge d’une part et les actes destructeurs d’autre part.
Le délinquant, lorsqu'il vole, ne désire pas seulement l'objet volé, il réclame à son père et à sa mère (ou à lasociété) des dommages et intérêts parce qu'il s'est senti privé de leur présence, de leur rôle et de leur amour. L’enfant cherche la mère sur laquelle il a des droits. Ces droits découlent du faitque, du point de vue de l’enfant, la mère a été créée par lui.
La gloutonnerie est un des symptômes de la tendance antisociale. Par la gloutonnerie l’enfant va chercher à combler une carenceaffective et alerter son environnement.
Il existe d’autres signes courants de carences affectives comme la saleté et l’incontinence urinaire.
La tendance anti-sociale, pour Winnicott, est liée àune « déprivation » des soins apportés par l'environnement. La déprivation est une perte brutale des soins que l'on a tout d'abord reçus et qui ont été ensuite retirés.
Selon lui le traitementde la tendance antisociale passe par un environnement plus stable (voire un placement en institution) plutôt que par la psychanalyse.

Mots clés :
Carence affective, environnement, espoir,...
tracking img