La vie est un songe, calderon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2291 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La vie est un songe met en scène l’effort incessant de l’homme pour se libérer d’un destin qui l’accable avant même qu’il soit né : « Ne sais-tu pas, Sigismond, que tes malheurs sont si grands qu’avant de naître tu mourus, par décret du ciel ? » (v.321-322). Le destin apparaît d’emblée comme un élément négatif, une menace perpétuelle pour le royaume, une ombre projetée sur la vie du héros etcelle de son père. Il porte avec lui la mort, la fin de la paix et de l’harmonie en augurant d’horribles tragédies. Ce destin prend donc les traits d’une force obscure et destructrice, toute chargée de maléfices. Mais cette force s’attache, avant tout, au personnage de Basyle qui cherche à s’en faire l’interprète et le maître. En effet, lors de sa première apparition, au cours de la première journée,le vieux roi se présente comme un savant, un homme instruit qui mérite « le surnom de docte » et qui, grâce aux sciences, aux « mathématiques et leurs subtilités », parvient à devancer le temps et à prévenir l’avenir. Mais si « le ciel […] écrit […] le cours, adverse ou favorable, de nos destinées », et qu’il revient à l’homme de le lire et de l’interpréter, pouvons-nous considérer, comme le faitBasyle, qu’une lecture unique et univoque du destin est possible ? N’est-il pas dangereux de se livrer à une lecture immuable, figée de ce destin ?

Tout d’abord, nous étudierons la figure de Basyle, qui apparaît comme un roi livré au culte de la science et du savoir. En effet, au moment de l’écriture de l’œuvre, les hommes ont une vision géocentrique de l’univers : la Terre est au centre dumonde, autour d’elle se meuvent les planètes, et la dernière sphère est celle des étoiles. Une telle structure du cosmos légitime le recours à l’astrologie, science à laquelle Basyle attache une importance toute particulière : les hommes subissent directement l’influence des étoiles. Le roi lui-même, lors de sa première apparition, explique cette théorie : « Ces cercles de neige, ces pavillons deverre que le soleil inonde de rayons, que la lune partage de ses révolutions, ces orbes de diamant, ces sphères cristallines qu’émaillent les étoiles et où se détachent les signes, sont la grande étude de mes ans ; ils sont les livres où le ciel, sur papier de diamant, sur cahiers de saphir, écrit en lignes d’or aux caractères distincts le cours, adverse ou favorable, de nos destinées. ». Le mondeapparaît comme un grand livre, dont les pages correspondraient au ciel, aux « cahiers de saphir », alors que les caractères en sont les étoiles, les « lignes d’or ». Le choix des mots utilisés par le roi est significatif, la description des éléments est riche et précieuse : s’il s’agit d’une science, elle fait montre d’un caractère plutôt extraordinaire, puisqu’elle étudie un phénomène unique etprodigieux. Il apparaît alors encore plus exceptionnel qu’un homme parvienne à lire ces signes, et c’est ce dont se targue le vieux roi. Son discours témoigne ainsi d’une certaine suffisance : « je ravis au temps son office et de la renommée abolis le privilège, qui sont de nous en apprendre chaque jour davantage […] je prive le temps du mérite de révéler ce que j’ai dit avant lui ». Basyle prétendici être supérieur au temps, cette notion impalpable, immatérielle et évanescente sur laquelle l’homme n’a pourtant aucune emprise : il réunit en lui le savoir et le pouvoir, l’un et l’autre nécessairement liés pour faire du roi un maître du temps, une image de Dieu sur la Terre. Cette volonté de se substituer à Dieu et à sa Providence dans l’art de lire et d’ordonner l’avenir relève de l’hybrisla plus évidente. Devant ce péché d’orgueil, son autorité peut dès lors s’exercer sans limite et s’exprime, au demeurant, en un désir de maîtrise absolue des êtres et de leur devenir. De ce postulat découle le nœud de l’intrigue et le malheur de son fils Sigismond. Cependant, derrière cette apparente assurance se présente un homme « indécis et perplexe », aux prises avec les plus intenses...
tracking img