La vraie et la fausse eglise de lucas granach

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1067 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
«  L’idée Républicaine (1852-1870) »

Exclus de la vie politique sous le Second Empire, plus particulièrement entre 1850 et 1860, les Républicains entreprirent de conquérir les consciences.
Appuyés par les ouvriers et les artisans, les Républicains étaient menés par une élite bourgeoise dont les revendications étaient plus politique que sociales.
Mais la France bonapartiste change au tournantdes années 1860, notamment après les élections de 1863, qui marquent un recul incontestable des candidats officiels.
Il faut surtout y voir les effets d’une série d’échecs par le pouvoir bonapartiste, tant dans le domaine social, politique ou extérieur. Tant cela suscite la montée des oppositions comme les Libéraux ou les Républicains.
Il s’agit d’analyser comment à travers leurs idées, lesRépublicains sont engagé contre le régime de Napoléon III ?
Dans une première partie, nous verrons l’idée républicaine passée sous silence, et dans une deuxième partie, nous verrons la montée de l’idée républicaine en prenant le programme de Belleville comme exemple.

I. L’idée républicaine passée sous silence

a) Une opposition éparpillée

Une politique de répression et de censure estinstaurée au lendemain du coup d’Etat de décembre 1851. Nombreux sont les Républicains en prison comme Blanqui à Belle-Ile, ou en exil, en Angleterre comme Louis Blanc ou Ledru-Rollin en Suisse ou en Belgique.
En effet, à Paris, on dénombre 4 000 personnes sous les verrous et 26 000 personnes arrêtées dans toute la France.
En province, les « forteresses » républicaines se font rares où lessociétés secrètes (comme La Marianne) servent de refuge aux opposants traqués par le pouvoir.
Toutefois, l’idée républicaine reste vivante dans les grandes villes comme Paris, Marseille ou Lyon mais aussi dans les milieux populaires, chez les étudiants, ou encore dans les salons parisiens .
C’est parmi cette nouvelle élite que se recrute les nouveaux républicains comme par exemples Havin (Directeur duSiècle), Emile Ollivier ou encore Jules Favre.
Ils veulent faire entendre leur voix au Corps législatifs.

b) Une opposition muselée

En décembre 1852, la révolte des républicains de Clamecy contre la proclamation de l’Empire est étouffée ; en décembre 1853, 150 républicains accusés de conspiration à Reims sont arrétés.
Le ministre de l’Instruction publique troque l’opposition dans lesécoles, interdisant aux enseignants le port de la barde ( symbole des républicains).
C’est sous son influence que les agrégations de philosophie et d’histoire sont supprimées en avril 1853 parce qu’elles pourraient favoriser la diffusion d’idées.
Ainsi, l’opposition est surtout souterraine, diffusant des idées contestataires où figurent par exemples les œuvres de Victor Hugo comme Napoléon le Petitqui circule à Lyon et à Lille ou encore les Châtiments publiés en 1853 à Bruxelles mais aussi le roman d’Eugène Sue, Les Mystères du Peuple (1857).
Mais on peut voir que les idées de l’opposition des orléanistes libéraux (Adolphe Thiers) est beaucoup plus apparente car elle se sert de la presse notamment Le journal des débats.
L’idée républicaines va connaître un tournant dans les années 1860.II. La montée de l’idée républicaine

a) Au tournant des années 1860

Encouragées par sa poussée électorale, l’opposition républicaine se fait entendre de plus en plus.
En commençant par dénoncer l’intolérance du régime avec le procès d’un journal républicain, Le Mémorial des Deux-Sèves.
Ensuite, Adolphe Thiers se fait remarquer avec son discours sur les « libertés nécessaires » auCorps législatif le 11 janvier 1864 qui regroupe la liberté individuelle impliquant la suppression de la loi de sûreté de 1858 ; la liberté totale de la presse ; la liberté de vote donc la fin des candidatures officielles ; la liberté d’interpeller le gouvernement et la liberté pour les députés de mettre en cause la responsabilité des ministres.

b) Exemple de l’idée républicaine avec le...
tracking img