Lbo le management par la tyrannie du cash

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7398 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LBO : LE MANAGEMENT PAR LA TYRANNIE DU CASH
Noël Goutard L'association des amis de l'école de Paris | Le journal de l'école de Paris du management
2007/4 - N°66 pages 15 à 21

ISSN 1253-2711

Article disponible en ligne à l'adresse:-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2007-4-page-15.htm

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Goutard Noël , « LBO : le management par la tyrannie du cash » , Le journal de l'école deParis du management, 2007/4 N°66, p. 15-21. DOI : 10.3917/jepam.066.0015

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour L'association des amis de l'école de Paris. © L'association des amis de l'école de Paris. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction oureprésentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, endehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.112.211.181 - 13/11/2011 13h12. © L'association des amis de l'école de Paris

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 78.112.211.181 - 13/11/2011 13h12. © L'association des amis de l'école deParis

vie des affaires

: le management LBOtyrannie du cash par la
Noël GOUTARD NG Investments

15

En 1999, alors que je dirigeais encore Valeo, j’ai réalisé qu’après quarante ans d’industrie, je n’avais jamais travaillé pour moi-même. J’ai alors créé ma propre société, NG Investments. Très rapidement, les actionnaires de LBO France, société qui avait été l’un des premiers fonds dePrivate Equity à mettre en œuvre, en France et dès 1985, le concept du LBO (Leveraged Buy-Out ou opérations de rachat à effet de levier), m’ont invité à me joindre à eux comme partenaire associé. J’ai eu la chance de les rejoindre au tout début du boom qu’a connu le LBO, et grâce à Gilles Cahen-Salvador, le fondateur de LBO France, et à l’actuel président du directoire, Robert Daussun, cepartenariat a très bien fonctionné. Si je fais retour sur ces six dernières années, je reste frappé par le flux extraordinaire de liquidités qui circule, dont une part s’est engouffrée vers les hedge funds par exemple, mais qui s’est également énormément orientée vers le LBO. En 2006, ce torrent de liquidités dirigé vers les fonds de gestion de LBO, se montait ainsi à 204 milliards de dollars, soit uneaugmentation de 41 % par rapport à l’année précédente. Parmi eux, dix fonds “éléphants” comme Kohlberg, Kravis, Roberts & Co. (KKR), The Blackstone Group, The Texas Pacific Group (TPG) ou Carlyle, réunissent chacun plus de 5 milliards de dollars. Au total, en 2006, le LBO représente mille cinq cents firmes gérant 750 milliards de dollars. Cela montre que les liquidités sont là, disponibles, et que lavague est ascendante puisqu’elles se sont multipliées par dix depuis 2000.

Quels facteurs sous-jacents alimentent cette croissance vertigineuse ? En premier lieu, les taux d’intérêt bas qui favorisent le recours à l’argent bon marché ; ensuite, l’argent du pétrole ; puis les fonds de retraite et les profits croissants des sociétés internationales qui doivent placer leurs liquidités ; enfin,...
tracking img