Le choc des civilisations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6250 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Galathée le 10/01/08 Salze-Lozac’h
HK B
Compte-rendu d’histoire n° 1 :

Samuel Huntington, Le choc des civilisations

Plan du compte-rendu :

Première partie : un monde divisé en civilisations

• Chapitre premier : Le nouvel âge de lapolitique globale

• Chapitre deux : Les civilisations hier et aujourd’hui

• Chapitre trois : Existe t-il une civilisation universelle ? Modernisation et Occidentalisation

Deuxième partie : l’équilibre instable des civilisations

• Chapitre quatre : L’effacement de l’Occident : puissance, culture et indigénisation

• Chapitre cinq : Economie et démographie dans lescivilisations montantes

Troisième partie : Le nouvel ordre des civilisations

• Chapitre six : La recomposition culturelle de la politique globale

• Chapitre sept : Etats phares, cercles concentriques et ordre des civilisations

Quatrième partie : Les conflits entre civilisations

• Chapitre huit : L’Occident et le reste du monde : problèmes intercivilisationnels

• Chapitreneuf : La politique globale des civilisations

• Chapitre dix : Des guerres de transition aux guerres civilisationnelles

• Chapitre onze : La dynamique des guerres civilisationnelles

• Chapitre douze : L’Occident, les civilisations et la civilisation

Première partie : un monde divisé en civilisations

• Chapitre premier : Le nouvel âge de la politique globale

-Drapeaux et identité culturelle :

Depuis la fin de la guerre froide, la politique globale des pays dépend de plus en plus des facteurs culturels : renforcement des symboles identitaires ( drapeaux…). Le monde entre dans un nouvel âge bien décrit par la formule de Michael Dibdin : «  On ne peut avoir de vrais amis si on n’a pas de vrais ennemis. On ne peut A moins de haïr ce qu’on n’estpas, il n’est pas possible d’aimer ce qu’on est ».

- Un monde multipolaire et multicivilisationnel :

Les distinctions majeures entre les peuples ne sont ni idéologiques ni politiques ou économiques mais culturelles. Les peuples et les nations tentent de répondre à la question fondamentale «  qui sommes-nous ? ». Dorénavant, la politique locale est ethnique et la politique globale estcivilisationelle. La rivalité entre grandes puissances est remplacée par le choc des civilisations. L’axe central de la politique mondiale d’après la guerre froide est l’interaction entre la puissance de la culture Occidentale et celle des civilisations non Occidentales.

- D’autres mondes ?

L’euphorie de la fin de la guerre froide a engendré l’illusion d’un avenir pacifique pourle monde mais celle-ci a vite été dissipée par la multiplication des conflits ethniques, par l’émergence de nouvelles structures entre Etats, par la résurgence de mouvements néo-communistes et néo-fascistes. Pour comprendre le comportement des Etats, l’hypothèse de « la puissance est tout » n’est pas suffisante : les valeurs, la culture et les institutions influencent grandement la façon dont lesEtats définissent leurs intérêts. Par ailleurs, le public et les dirigeants sont moins enclins à voir une menace chez des gens qu’ils estiment comprendre parce qu’ils partagent la même langue, les mêmes institutions, les mêmes valeurs etc.

- Comparer les mondes : réalisme, parcimonie et prédictions :

Les différents concepts de répartition culturelle du monde ont une part de réalismemais sont en outre incompatible : le monde est soit un, soit dual, soit divisé en 184 Etats, soit atomisé en un nombre potentiellement infini de groupes ethniques. Considérer le monde divisé en 8 ou 9 civilisations permet d’éviter les difficultés. La pertinence du paradigme civilisationnel au regard du monde nouveau qui naît est attesté par les évènements post guerre froide ( montée du...
tracking img