Le cygne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1056 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le cygne se situe dans la deuxième section du recueil Les fleurs de Mal de Baudelaire dans l'édition de 1861. Cette section entière est nouvelle dans cette édition ( → n'apparaissait pas dans l'édition de 1858). Cette question comme son nom le laisse pressentir renvoie à un aspect beaucoup plus pictural et poétique de la poésie. On s'attend à la description d'un paris de Baudelaire. Ce poème estprésenté sous la forme de deux partie: la première composé de sept quatrains, la seconde de six, toute deux construites en Alexandrin et aux rimes croisées en alternance masculine et féminine. Ce poème s'inscrit sous la forme d'un souvenir, d'une évocation mélancolique du passé.

Lien avec les poèmes le précédent : Le précédent poème « la jeune mendiante aux cheveux roux » nous présente unpaysages « humain » , un paysage beau dans la pauvreté. Beauté que l'on retrouve ici dans les mêmes termes ou idéaux. La blancheur de la jeune femme (« blanche fille ») se retrouve ici avec les plumes blanches du cygne (« blanc »). De même que le cygne représente la pureté, la beauté ce qui rappelle le dernier vers du poème précédent qui est un tremplin « ô ma beauté ». Enfin de même que l'animal aune connotation de grâce et de noblesse, la jeune mendiante du poème précédent est plusieurs fois imaginée dans l'élégance historique « qu'une reine de roman / Ses cothurnes de velours ». Le cygne est donc dans la parfaite continuité d'un poème contrairement à lui déjà présent dans la première édition des fleurs du mal.

Idée en vrac:

Dimension picturale et lyrique avec les tableauxparisiens: « ce petite fleuve », « nouveau Carrousel », « Louvre », « un ruisseau » et l'image même du « cygne »...
Le cygne représente la beauté, le poète.
Beaucoup de rejet et contre rejet → soupir? Il y a des pauses irrégulières qui peuvent traduire la mélancolie de l'écrivain.
On a trois personnages successifs :
d'abord et d'entrée le nom de l'illustre personnage d4andromaque, personnage deL'Iliade. On retrouve ici un passage de l'Enéïde de Virgile avec Andromaque assise devant le « tombeau vide d'Hector » « douleurs de veuve » → elle rend hommage à son premier amour seul et unique. On a également affaire dans le poème à son enlèvement avec l'évocation du nom de Pyrrhus. Helenus est son mari après la mort d'Hector mais elle se fait capturer. Le Simoïs apparaît également dans l'Enéïde.Certaines expressions viennent même de chez Virigle comme par exemple «  Simoïs menteur » « triste miroir » et « vos pleurs ». Dans le début de la deuxième strophe Baudelaire avoue même s'être nourrit de cette littérature «  A fécondé soudain ma mémoire fertile ».
Ensuite il y a le Cygne : l'auteur nous rappelle le souvenir d'une ménagerie à la place de l'espace abandonné ( architecture du passé= « camp de baraques / tas de chapiteaux », avec l' « herbe », « les flaques d'eau » et l'idée de désordre avec le « bric-à-brac confus » final) auquel il fait référence dans la strophe précédente lors de son évasion mentale traduite par le « je ne vois qu'en esprit ». Il évoque ainsi un Cygne qui se promène librement étant donné qu'il s'est « évadé de sa cage » de la ménagerie. Curieusement cetteévasion est décrite de façon difficile → « ses pieds palmés frottant le pavé sec » or il est fait pour nager / « le sole raboteux trainait son blanc plumage » « poudre » = la poussière. Il y a une dégradation de l'animal qui passe de « Cygne » à « bête ». On peut remarquer que les deux premier personnages sont tout deux des prisonniers et en s'échappant ils sont également victimes tout deuxd'une illusion : Andromaque se trouve face à l'illusion de son mari défunt avec le tombeau qui est en fait vide et pourtant elle est en extase «  Auprès d'un tombeau vide en extase courbée ». De même le cygne en s'échappant se retrouve dans un univers poussiéreux et dur pour ses pattes alors que son cœur est plein de son beau lac natal ».
La troisième personne évoqué est la « négresse » qui désirée...
tracking img