Le monde en 1945

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1173 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monde en 1945

I – Une victoire coûteuse

1) Un désastre humain

• La Seconde Guerre mondiale a fait entre 35 et 60 millions de morts. Le prix humain de la victoire de 1945 est donc trois à six fois plus élevé que celui de 1918. C’est l’ampleur même des destructions occasionnées (disparition des états civils dans les bombardements) et l’étendue du conflit (régions sans mesurestatistique fiable) qui rendent le bilan chiffré délicat. Le nombre de militaires tués est exceptionnellement élevé, en particulier pour l’Allemagne (deux fois plus de soldats morts qu’en 1914-1918), l’URSS ou le Japon.
• Mais il faut souligner le nombre de civils tués, qui s’élève à 52 % des pertes totales, contre 5 % pendant la Première Guerre mondiale. Entre 1939 et 1945, une victime surdeux est donc un civil. Ce bilan s’explique par l’extension des théâtres d’opération, mais aussi par le recours aux bombardements aériens pour terroriser les populations. Les raids massifs de l’aviation font 60 000 morts en Angleterre, dont la moitié à Londres, et ils tuent au moins 670 000 Japonais. La guerre est donc bien plus totale qu’en 1914.

2) Un traumatisme moral : les camps et labombe

• Au cœur de ce désastre humain, figurent les victimes des persécutions nazies : plus de 5 millions de Juifs et 200 000 Tziganes sont exterminés. La découverte par l’opinion internationale de cette barbarie, lors de la libération des camps, produit un choc moral qui s’ajoute à la lourdeur du bilan. La Pologne a ainsi perdu près de 18 % de sa population totale, mais ce sont quasimenttous les Polonais juifs qui ont disparu, soit trois millions de personnes en quatre ans ! Le traumatisme est immense et conduit à la définition de la notion de crime contre l’humanité. Sur cette base, les tribunaux internationaux de Nuremberg et de Tokyo jugent les responsables nazis et nippons, à l’exception notable de l’Empereur du Japon.
• La bombe atomique, employée à deux reprises, les 6et 9 août 1945 à Hiroshima et Nagasaki (110 000 morts immédiats, 370 000 morts au total à la suite des effets des radiations), entraîne la fin du conflit. Mais la bombe change le regard porté par l’humanité sur elle-même. Désormais, c’est l’ensemble de la planète qui peut disparaître, comme le souligne Albert Camus.

3) Un bilan matériel contrasté

• La guerre a coûté très cher. LesEtats-Unis ont dépensé 206 milliards de dollars, payant 35 % des armes employées contre l’Allemagne et 86 % de celles employées contre le Japon. L’URSS a ainsi reçu un peu plus de 11 milliards de dollars d’aide, et le tiers de l’effort militaire des Britanniques a été financé par les Américains.
• En retour, la richesse nationale américaine a augmenté de moitié, alors que celle de laFrance a diminué d’autant. La plupart des pays situés, comme les Etats-Unis, à l’écart des zones de guerre se sont enrichis (Argentine, Canada).
• Le conflit a, en revanche, englouti les réserves monétaires des pays européens dont de nombreuses régions sont dévastées. L’Allemagne a particulièrement souffert des bombardements. La situation soviétique est catastrophique avec 13 milliards dedollars de dommages et 28 millions de sans-abri. A l’Ouest, la France est la plus touchée après quatre ans de pillage nazi : les besoins de la reconstruction sont immenses, mais les capitaux pour la financer manquent.

II – La naissance d’un monde meilleur

1) Les efforts pour garantir la paix et la prospérité

• Dès la conférence de Dumbarton Oaks en octobre 1944, les Alliés prévoientune Organisation des Nations unies (ONU) chargée de faire régner la paix dans le monde. Après la victoire, le jugement des responsables nazis et japonais permet de définir un nouveau droit international autour de la notion de crime contre l’humanité. Il reste à faire de l’ONU un arbitre international plus efficace que ne l’avait été la SDN pendant l’entre-deux-guerres. L’ONU est dotée d’organes de...
tracking img