Le ravissement de lol v stein commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1948 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire.
Margot Gallimard

Le ravissement de Lol V. Stein.

Le ravissement de Lol V. Stein paraît en 1964, période où Marguerite Duras est déjà célèbre sur la scène de la littérature. Son œuvre, diversifiée, s’encre dans le renouveau du genre romanesque car elle bouscule souvent les conventions. Jugée comme l’une des romancières les plus originales du XXe siècle, Duras abordedes thèmes oubliés comme l’amour où elle mêle abandon, perte d’identité, glissement entre réel et fantasme. Mais c’est surtout sur le désir qu’elle s’est le plus penchée ; l’apparition de celui-ci et sa perte. Lol V. Stein aborde la notion de désir. Le présent extrait se situe au début du Roman, au milieu du Bal de T.Beach. (Pouvant être qualifié comme la première scène véritable du livre). Momentrelaté par Jack Hold, amoureux de Lol lors de l’écriture, le lecteur ne peut donc pas lui faire réellement confiance. Le passage est soumis à une sorte d’apesanteur, le rythme est lent et l’action presque inexistante. Ce sont des témoignages qui se forment, chacun est témoins ici du coup de foudre qui se produit sur la piste de danse. Seulement celui-ci est complexe.
En quoi cette scèneest-elle révélatrice de ce qu’est Lol ? En quoi ce passage est-il représentatif de tout le roman dans son approche des relations amoureuses ? Nous verrons dans une première partie que le bal de T.Beach est l’origine même de Lol puis nous verrons dans une seconde partie les aspects de ce coup de foudre triangulaire.

Le passage s’inscrit au centre du Bal de T.Beach, bal qui constituel’origine même de Lol. S’établit une atmosphère lourde, pesante, due, tout d’abord, à un temps qui semble suspendu. Et tout comme le temps Lol est « suspendue ». Les gestes sont lents (« se tourna », « se dirigea »), les déplacements des personnages, incertains, les danses manquent de reliefs et se figent : l’action n’apparaît pas explicitement. Il s’agit d’allers et venus entre les personnagesprincipaux : « se tourna vers », « se dirigea vers », « rapproché de », « fait quelques pas en direction de », « l’avait suivie ». Le lecteur tente de deviner, de dessiner lui-même la scène car il y a contradiction. Les personnages semblent bouger dans la pièce, mais la mouvance est factice. Cette lenteur dérangeante, ce flottement général est renforcé par le silence omniprésent et par les jeux deregards. Il y a absence de dialogue et la musique n’apparaît pas dans l’écriture ; comme s’ils dansaient sur du vide. La seule action, l’élément principal représente le nouveau couple en train de se former. Duras s’amuse à répéter des mots comme « voir » ou « regardait » si bien que le lecteur tente de voir lui aussi. Mais ces répétitions donne un rythme apathique, d’une pesanteur gênante. Tous lesregards sont attribués à Anne-Marie Stretter et Michael Richardson. D’autre part, les temps employés (passé simple plus-que-parfait) nous plonge dans l’incertitude comme si l’auteur refusait que l’on progresse. Les personnages deviennent opaques. On oscille entre construction et déconstruction. Incertaine également à cause des multiples points de vue : le narrateur Jack Hold et Tatiana Karl. Quicroire, à qui se fier ? Le lecteur ère sur des impressions sans jamais être sur de rien. L’ambiance du bal accorde à cette scène une importance extrême. Ainsi rien ne se passe vraiment, mais tout se passe aussi.
Dans ce rythme inerte, dans cette absence d’action se dégage avec insistance, l’absence de souffrance chez Lol. Elle aurait dû souffrir ;, mais ne ressent pas la moindre nuance decette sensation, ce qui paraît incompréhensible. On lui arrache sous ses yeux l’homme qu’elle aimait « d’une folle passion » (cité page 13) et aucune douleur ne naît en elle. Elle est immobile et souriante. « Cette vision et cette certitude ne parurent s’accompagner chez Lol de souffrance » : l’objectif de Duras est de nous plonger dans le doute et le questionnement, en employant le verbe...
tracking img