Le rire contre pouvoir politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1266 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[Alinéa] Le rire a indéniablement une vocation satirique qui égratigne ceux contre lesquels il s’exerce. Lorsque Stéphane Guillon prend Eric Besson pour cible, il rit de, mais aussi contre, cet homme politique [thème cerné]. Si le rire ose s’attaquer au pouvoir, constitue-t-il pour autant un contre-pouvoir politique efficace [problématique posée] ? Après avoir montré que le rire a la vertu deremettre en cause, nous verrons qu’il ne constitue pas pour autant un système élaboré pour remplacer le pouvoir et qu’il peut même être récupéré par ceux-là même qu’il prétend dénoncer [annonce du plan].
[On saute une ligne après l’introduction.]
[Alinéa] Le rire permet effectivement de contester le pouvoir et, dans une certaine mesure, peut constituer une arme contre ce dernier [accroche à la 1repartie].
[Alinéa] Le rire, sous toutes ses formes, met à distance, donne à voir. Dans la mesure où il s’attaque au domaine politique, car ce n’est tout de même pas son unique champ d’action, le rire dévoile et théâtralise. En effet, il propose, avec un décalage plus ou moins corrosif, une lecture engagée des situations politiques. C’est ce que fait Aristophane dans ses comédies, mais surtout ceque réalisent les fêtes antiques, comme les Bacchanales ou les Saturnales à Rome. Lors de ces manifestations, la rébellion est mise en scène, de faux rois sont brûlés par la foule : même si c’est de façon symbolique, le rire est subversif dans le sens où il dérange le pouvoir établi, se moque des politiques en place, ouvre un champ de réflexion au peuple, voire un champ d’action. Ainsi, ildésacralise le pouvoir en le rabaissant aux dimensions populaires.
[Alinéa] Mais le rire peut aller plus loin. La dérision est une arme efficace pour faire passer les critiques adressées au politique. Sous couvert de faire rire, la satire pointe souvent de façon acerbe et pertinente les dysfonctionnements liés à l’exercice du pouvoir. Celui qui exerce le comique passe pour inoffensif, voire humble sousson image de clown décalé. En réalité, ses pointes peuvent être violentes : elles fracturent les interdits. En 1784, les nobles riaient à gorges déployées des tirades du barbier dans Le Mariage de Figaro et n’imaginaient certainement pas que les critiques formulées puissent avoir un quelconque impact. Louis XVI intervint pourtant auprès de Beaumarchais pour que l’auteur modifie au moins le vers : «En France, tout finit par des canons » et remplace ce dernier mot par « chansons ». Certes, Beaumarchais n’a pas à lui seul fomenté la Révolution, mais sa sensibilité d’artiste a saisi l’élan d’émancipation de son époque pré-révolutionnaire.
[Alinéa] Le rire peut aussi mettre le pouvoir en danger. En ce sens, il exerce pleinement son rôle subversif. Le rire dénonce, met au jour. Cette menace estparticulièrement prise au sérieux dans les régimes autoritaires et certains ont fait de la prison sous Staline pour avoir colporté des blagues contre le pouvoir. Mais même sans aller jusqu’à ces extrémités, le rire en démocratie ne s’exerce pas impunément : la liberté d’expression est certes inscrite dans la Constitution, mais des dessinateurs de presse comme Siné ou des humoristes comme S.Guillon ont perdu leur place pour avoir trop osé, pour s’être attaqué aux hommes en place. Déjà au XVIIIe siècle, Voltaire et Montesquieu n’ont pu critiquer le pouvoir et la religion que par le biais de l’ironie et des antiphrases, mais aussi parce qu’ils publiaient leurs œuvres sous des pseudonymes ou en cachette. Ils encouraient la censure et l’emprisonnement.
[Alinéa] Le rire permet donc d’attaquerle pouvoir avec les risques que cela comporte. Peut-il pour autant constituer un contre-pouvoir efficace ? [Court bilan à la 1ère partie et brève transition vers la 2nde.]
[On saute une ligne entre les parties.]
[Alinéa] Il convient de relativiser l’impact subversif du rire qui est souvent au service du poli- tique [accroche à la 2nde partie].
[Alinéa] L’alliance du politique et du rire ne...
tracking img