Le rouge et le noir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2376 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

SESSION 2011

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Série : ES

DURÉE DE L’ÉPREUVE : 4 heures. – COEFFICIENT : 7

L’usage de la calculatrice est strictement interdit.

Dès que ce sujet vous sera remis, assurez-vous qu’il est complet. Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8.

Le candidat traitera au choix soit la dissertation, soit la question de synthèse.11ECOEME2

Page : 1/8

Dissertation appuyée sur un dossier documentaire
Il est demandé au candidat : − − − − de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; de construire une argumentation à partir d’une problématique qu’il devra élaborer ; de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notamment celles figurant dans ledossier ; de rédiger en utilisant un vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la question, en organisant le développement sous la forme d’un plan cohérent qui ménage l’équilibre des parties.

Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l’expression et du soin apporté à la présentation.

SUJET
L’emploi permet-il toujours de s’intégrer à la société française ?DOCUMENT 1 Aujourd’hui, et notamment en France, l’ambivalence des représentations sur le travail n’a jamais été aussi forte. D’une part, sa valeur a été renforcée par les difficultés croissantes pour tous et toutes à l’obtenir et le garder : le spectacle du désarroi des chômeurs (privés de lien social et de l’estime de soi), des licenciements économiques qui tombent comme des couperets, desdifficultés des jeunes à s’intégrer, des seniors à y rester, et des SDF, exclus parmi les exclus, rappelant les dangers du déclassement et de la chute possible… Autant de menaces propres à faire monter la cote du travail. Mais, d’autre part, il n’a jamais été autant question de stress, de troubles musculosquelettiques (entendre par exemple les tendinites du poignet et les maux de dos, en hausse notabledepuis plusieurs années), de souffrance au travail, de pression et de dépressions, de sentiments d’injustice, de non-reconnaissance des mérites, d’exploitation (non plus conçue comme celle d’une classe sociale par une autre, mais perçue comme un « trop » demandé par le patron), quand ce n’est pas de mépris.
M. FOURNIER, « Travail : ce douloureux objet de désir », Sciences Humaines, n° 179, Février2007.

11ECOEME2

Page : 2/8

DOCUMENT 2 Niveau de vie médian selon la situation par rapport à l'emploi (en euros, pour l’année 2007)
Actif occupé 9
Artisan, commerçant, 8 chef d’entreprise Cadre7 Profession intermédiaire 6 Employé 5 Ouvrier qualifié 4 Ouvrier non qualifié 3

20 181 21 081 30 171 22 015 17 767 17 125 15 457 12 937 18 165

Chômeur 2 Ensemble 1

0

10 000

20 00030 000

Champ : France métropolitaine, individus dont le revenu déclaré à l’administration fiscale est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.

Source : D’après Insee, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à 2007.

DOCUMENT 3 Loin de séparer, la division du travail renforce la complémentarité entre les membres d’une société. Non seulement elle donne à chacun,si monotone que soit sa tâche, le sentiment de son utilité, mais elle le transforme de l’intérieur, le socialise, et lui fait partager avec d’autres une « même vie morale ». […] C’est ce que montre l’entretien avec Yves L., 62 ans, chauffeur-livreur à Rungis […].
Rungis ça a changé énormément, Rungis c'est une usine, vous comprenez ? Je vais vous expliquer. Aux Halles de Paris1, on seconnaissait tous, on se voyait tous les jours, on voyait les mêmes personnes, on était en contact intimement avec tout le monde vous voyez, c’était une ambiance ... Une vie collective, confraternelle parce que y en avait un qui peinait, qui poussait un chariot de viande [...] un type passait à côté, bah, il lui demandait même pas, il l’aidait à pousser le chariot [...] même les patrons des fois ils...
tracking img