Le silence dans fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1100 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Oh les beaux jours

Introduction
Oh les Beaux Jours est premièrement écrite en anglais et créée à New York le 17 septembre 1960. Beckett en fait lui-même une traduction française en 1963.
La pièce est divisée en 2 actes et est pour la plupart du temps un monologue de Winnie.
Elle est située en plein désert, ou un couple est enterre jusqu’au dessus de la taille dans un mamelon. Au centre, sesitue Winnie, qui sera le personnage principal de la pièce. Allonge, se trouve, a sa droite, Willie, qui serait son mari.
« Ce qui devrait caractériser la totalité de la scène serait le ciel et la terre, écrit Beckett, et un réalisme pathétique et mal fait, infructueux, le genre sordide que l’on voit dans des comédies musicales ou des farces médiocres, a la qualité de « pompier », de mauvaiseimitation. » Il a ete suggere que Beckett pensait a mettre en scene une atmosphere post-apocalyptique.
Cyril Cusack (acteur) a declare que l’ecriture de la piece resulta d’une demande de la femme de Beckett, Maureen Cusack, d’ecrire une piece joyeuse.

I. Personnages
a) Winnie
Physique : Decrite comme grassouillete, aux epaules et bras nus et au corsage tres décolleté, poitrineplantureuse, collier de perles – nous rappelle une femme de classe moyenne des annees 60’.
Personalite : Optimiste, adore Willie, pleinement vivante, endure tout ce que vivre implique, courageuse, dignite humaine. “Je pensais que la chose la plus horrible que puisse endurer quelqu’un serait de ne pas pouvoir dormir, qu’en frôlant le sommeil vient un « dong » (sonnerie) qui te tient eveille ; tu te noies,vivant, dans la terre, et c’est rempli de fourmis ; et le soleil brille sans cesse jour et nuit et il n’y a pas un seul arbre… il n’y a pas d’ombre, rien, et la sonnerie te reveille tout le temps et tout ce que tu as est un petit paquet d’objets qui puissent .. ? Et je me suis demande qui pourrait endurer cela tout de meme en chantant : une femme. » Winnie incorpore alors toute la définitiond’endurance. A vrai dire, elle ne se demande mm pas pourquoi elle est enterrée au milieu du désert. Beckett l’a decrite comme etant “un oiseau, et qu’elle fait l’effort de survoler toute situation difficile mais elle est rabaissee a tous les coups. Elle ne se demande jamais pourquoi elle se retrouve dans ces situations.”
Un personage central : Winnie se situe au centre de la piece. Elle s’efforce aremplir le moindre silence en parlant a tort et a travers. Sa parole couvre le silence mais ne reussi pourtant pas a l’eliminer. Le manque de participation de Willie dans l’histoire le renforce, et, ainsi, renforce la solitude. Le role de Winnie apporte surtout une autre definition au langage : chez Beckett, le langage n’est pas necessairement un moyen de communiquer des significations, du sens, maisplutot un palliatif pour les plaies de l’existence. Monologuant, Winnie fait de l’aphorisme de Descartes “je pense donc je suis” “je parle donc tu es”.

b) Willie
Seule indication : une soixantaine
Absent. Se cache, n’est pas visible dans la scene. Ne voyons que, parfois, des parties de son corps : une main, la tete. A la fin de la piece, il se leve, mais tombe.
Repond rarement aux repliquesde Winnie, et lorsqu’Il le fait repond machinalement. Semble mecanique, une machine rouillee. Incorpore la maladie et la fatigue.

II. Themes

1) Solitude
* relations quasi impossibles mais ne peuvent pas s’en passer
* echec de la communication : Winnie parle pratiquement toute seule, et appelle tres souvent Willie, lui demandant son avis sur les choses desquelles elle parle. Elles’anime de joie a chaque fois a la moindre reponse qu’il donne. Il l’ignore, comme mort. Pas de conversation.
* Silence : Winnie cherche a couvrir le silence mais ne peut pas, vu qu’elle est seule. Attaque seule la solitude. Didascalie “un temps” est toujours aussi presente.

2) Desert
* tout est desertique : le lieu, mais aussi la communication, et l’intrigue : aucun noeud en...
tracking img