Le theatre est un art paradoxal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (336 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le théâtre est un art paradoxal ! De par son étymologie grecque, il évoque un spectacle visuel : des fêtes religieuses en l’honneur de Dionysos où des acteurs mimaient devant un public des scènesde danse. C’est bien par leur respect spectaculaire qu’ils pouvaient frapper l’imagination et ainsi, selon Aristote, purger des passions. Art du spectacle par essence, le théâtre est aussi art dulangage puisqu’il s’appuie le plus souvent sur un texte doté de plus ou moins grande dimension poétique. C e texte qualifié de « pièce de théâtre », expose une histoire (« un drame »), des personnages,un cadre spatio-temporel et se compose essentiellement de dialogue. S’y ajoutent des didascalies, qui destinées a des acteurs, nous rappellent que la « pièce » est en attente d’être jouée,représentée, c'est-à-dire mise en scène et jouée ? Peut-on en saisir les différentes significations sans la médiation d’un metteur en scène et de comédiens, sans la magie de cette « épiphanie » qu’est unereprésentation théâtrale ? L’exemple du « théâtre dans un fauteuil » au XIX siècle, nous invite certes a penser qu’une pièce peut être comprise en étant simplement lue, tant de richesse de sesdialogues et des ses didascalies la rendent « vivante ». La lecture n’offre pas d’ailleurs cet avantage de nous permettre des retours dans le texte ; le privilège du temps ? Cependant l’exemple desdifférentes représentations du Cid de Corneille ou de Dom Juan de Molière prouve que la pluralité des significations d’une pièce ne peut être révélée que par un travail de mise en scène et par le jeu descomédiens ; que seule sa représentation en permet une compréhension qui dépasse celle de l’intrigue pour accéder au symbolique. Comprendre une pièce de théâtre ne serait-ce pas finalement découvrirl’infinie richesse de ses significations, et ce travail de découverte sinon de création du sens ne s’enrichit t-il pas justement d’un inépuisable aller-retour entre lecture(s) et représentation(s)...
tracking img