Le tqm

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3193 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE « TQM » COMME ALTERNATIVE AU CONTROLE DE GESTION

|Contrôle de gestion |MSG1 |

Index

Historique et présentation de la Qualité 3

Introduction 5

a) L’importance du facteur humain 6
b) Mise en place à l’intérieur de l’entreprise 6
c) Les outils d’analyse 8d) Les objectifs 10

Conclusion 11

Annexe 13

Bibliographie 15

Historique et présentation de la Qualité

Les préoccupations liées à la notion de Qualité sont très anciennes et évolutives.
Au début du XXe siècle, les bases de l’organisation scientifique du travail sont posées. L’OST conduit à séparer les tâches de conception, d’exécution et de contrôle. Le contrôle de la fabrications’installe ainsi comme une fonction à part entière dans l’entreprise. Les termes de rationalisation, standardisation et normalisation apparaissent. La place laissée au hasard et donc à l’homme devient inexistante. Le contrôle des produits a posteriori est utilisé pour vérifier la Qualité mais surtout pour établir la fiche de paye de l’ouvrier.
A partir des années 30, le souci de la qualité n’acessé de croître en se modifiant au fil du temps et surtout des attentes des clients et de la situation économique.
Lors de la deuxième guerre mondiale, les Etats-Unis ont du mettre sur pied une industrie militaire productive et efficace à courte échéance. De nouvelles normes apparaissent alors et elles seront par la suite étendues à tous les domaines.
Depuis 1960, la France s’inspire de cesprogrès réalisés par les Américains et c’est ainsi que « l’assurance de la Qualité » est adoptée par un grand nombre d’organisations. Le produit doit fonctionner en conformité avec le modèle ou les spécifications. Le contrôle s’effectue à la fin et il vérifie la conformité des diverses fonctionnalités et le respect des règles établies par le Bureau des Méthodes. L’amélioration de la Qualité passe parl’identification et la correction des défauts. Ce contrôle se caractérise par sa position extérieure à l’exécution du travail. Il est effectué par des experts L’entreprise dans son ensemble n’est pas concernée.
Les conditions de travail s’améliorent durant les années 70 et le facteur humain reprend de l’importance dans la production. Après la seconde Guerre Mondiale l’industrie Japonaise doit sereconstruire, elle fait donc appel aux experts Américains (sachant qu’elle doit fournir une quantité impressionnante de biens et services aux Etats-Unis) tout en développant ses propres concepts de management. La réussite du Japon est due à sa détermination mais aussi à son attachement culturel. La prise en compte généralisée des Ressources Humaines est un facteur déterminant. L’enrichissement destâches et la recherche de la polyvalence conduit à l’Autocontrôle. Le mot anglo-saxon « control » est enfin mieux compris. On ne parle plus de « vérifier » mais de « maîtriser ». Il faut maintenant « faire bien du premier coup ». Il ne s’agit plus d’un contrôle extérieur mais de la responsabilité individuelle de chaque travailleur.
Au cours des années 80, le concept de Qualité apparaît comme unfacteur clé de compétitivité et s’étend a tous les secteurs (banques, assurances, collectivités locales, administrations). Le client réclame non seulement la conformité du produit commandé mais aussi une certaine pérennité de la qualité fournie. Les certifications permettent d’assurer aux clients que l’ensemble des processus est soumis aux contrôles de la Qualité.
Pour réussir une démarchequalité, on s’aperçoit qu’il faut prendre en compte les aspects techniques, organisationnels, commerciaux, financiers, humains, stratégiques et managériaux. Un nouveau concept se développe alors, celui de Qualité Totale. Il va lui aussi viser la satisfaction du client, la mesure de la performance et l’amélioration continue mais il s’agit ici d’une réelle philosophie.

Introduction

Depuis un...
tracking img