Le tragique dans le roi se meurt

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1050 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le tragique dans le roi se meurt

Eugène Ionesco est un écrivain roumain né en 1909. Il partagera toute sa vie entre la Roumanie et la France où il mourra en 1994. Il a été rendu célèbre par ses nombreuses pièces de théâtre dans le registre de l’absurde et notamment grâce à Rhinocéros. C’est cette pièce qui lui a apporté la consécration car elle a beaucoup touché le public. En effet, elletraite d’un sujet grave et important pour les gens après la seconde guerre mondiale : les régimes totalitaristes. Elle dénonce aussi le comportement du peuple qui suit sans résister. Ionesco dénonçait ainsi plus particulièrement l'attitude des Français durant l’Occupation, mais aussi le fait que tous les totalitarismes se confondent pour attenter à la condition humaine et transformer en monstre lemeilleur des hommes. Bérenger, est le seul à résister face à l'épidémie de « rhinocérite ». C'est le seul à avoir des réactions normales face à cette épidémie : « Un homme qui devient rhinocéros, c'est indiscutablement anormal ». Il représente la résistance qui, petit à petit, se forme lors de la Seconde Guerre mondiale. Ionesco utilise, dans son œuvre, l'absurde et le comique, pour accentuer sonpropos. Il reprend ces deux outils pour aborder le thème douloureux qu’est la mort dans le roi se meurt.
Nous allons étudier en quoi la pièce de théâtre le roi se meurt est tragique.
Cette pièce respecte les trois unités de la tragédie classique : unité de lieu, de temps et bienséance qui crée une sorte d’enfermement, les personnages sont prisonniers, ils ne peuvent échapper à leur destin. Carl’essence du tragique c’est la fatalité, les hommes luttent vainement face à des forces qui les dépassent, ici la mort. On retrouve bien cette fatalité dans le compte à rebours que fait la reine Marguerite : il reste au roi une heure et demie à vivre à la page 37, une heure p 56, puis trente-deux minutes trente secondes p 86. Le roi essaye de lutter contre le temps qui passe et qui le rapprochepeu à peu de la mort : « temps arrête-toi ! » mais le temps passe, le temps s’échappe : « le temps a fondu dans sa main ». Aucune échéance n’est maintenant possible : « Tu vas mourir à la fin du spectacle ».
Le tragique réside aussi dans la disparition qui n’est pas unique : il n’y a pas que le roi qui disparaît mais aussi tout son royaume comme dans Œdipe. La mort d’Œdipe accompagne le fléau quis’abat sur Thèbes. Bérenger Ier, du temps de sa toute puissance, régnait sur un royaume prospère, avait un pouvoir absolu et commandait même les astres. À présent, il ne peut empêcher son royaume de s’effondrer et ses sujets de disparaître. Comme dans Œdipe-roi, la stérilité s’est abattue sur le royaume par la faute du roi: il doit disparaître pour permettre une renaissance du monde. Le tragiqueréside donc du fait que le roi refuse de mourir et décale toujours la date de sa mort au détriment de son royaume. Il réalise le désir d’un jeune héros tragique qui croie que le monde a été créé pour lui car il ne s’imagine pas qu’il est pu exister un monde avant sa naissance : « l’Etat c’est moi », son royaume est donc intimement lié à lui. Son royaume qui était florissant dans sa jeunesse vapeu à peu se flétrir. Tout au long de la pièce on observe cette destruction notamment avec la disparition des ministres et de tout le royaume dans un trou et avec l’élargissement de la fissure : tout s’effondre.


Le spectateur observe toutes les étapes de la déchéance du roi et va s’identifier à lui car le roi pourrait être chacun de nous. La pièce va le faire réfléchir sur la mort. Elleapporte une certaine réponse à cette question existentielle : comment aborder la mort ? En effet, Ionesco nous donne à voir le comportement et les manières de l’individu confronté à sa propre fin. Le roi a toujours pensé que la mort ne le toucherai jamais, qu’il était immortel : « Je la frôlais seulement. Elle n’était pas pour moi. » Lorsqu’il y est confronté il ne le croit donc pas : c’est la...
tracking img