Lecture analytique, au lecteur baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1545 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique: Au Lecteur, Les Fleurs du Mal, de Baudelaire

Texte:

La sottise, l'erreur, le péche, la lésine,Occupent nos esprits et travaillent nos corps,Et nous alimentons nos aimables remords,Comme les mendiants nourrissent leur vermine.
Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches;Nous nous faisons payer grassement nos aveux,Et nous rentrons gaiement dans le cheminbourbeux,Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.
Sur l'oreiller du mal c'est Satan TrismégisteQui berce longuement notre esprit enchanté,Et le riche métal de notre volontéEst tout vaporisé par ce savant chimiste.
C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent.Aux objets répugnants nous trouvons des appas;Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,Sans horreur, à travers desténèbres qui puent.
Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mangeLe sein martyrisé d'une antique catin,Nous volons au passage un plaisir clandestinQue nous pressons bien fort comme une vieille orange.
Serré, fourmillant comme un million d'helminthes,Dans nos cerveaux ribote un peuple de démons,Et quand nous respirons, la Mort dans nos poumonsDescend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.
Si leviol, le poison, le poignard, l'incendie,N'ont pas encore brodé de leurs plaisants dessinsLe canevas banal de nos piteux destins,C'est que notre âme, hélas! n'est pas assez hardie.
Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,Dans la ménagerie infâme de nos vices,
Il en est un pluslaid, plus méchant, plus immonde!Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes, ni grands cris,Il ferait volontiers de la terre un débrisEt dans un bâillement avalerait le monde.
C'est l'Ennui!- L'oeil chargé d'un pleur involontaire,Il rêve d'échafauds en fumant son houka.Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère!
Charles Baudelaire

Introduction:

Il s'agitdu premier poème des Fleurs du Mal,; « Au Lecteur » est placé hors numérotation dès la première édition eet st toujours resté la première pièce du recueil. La Progression du poème  est la suivante: les deux premiers quatrains montrent l’homme en proie au péché, les 5 suivants l’influence de Satan et les 3 derniers,l’Ennui. Nous nous demanderons quel est le rôle de ce poème dans l’architecturedu recueil ? En effet, entre titre et texte le poème « Au lecteur » remplit un rôle de préface.

I – Une vision pessimiste de l’homme ou l’éclairage du titre : Les Fleurs du Mal
Une peinture de la faiblesse humaine 
Une illustration du titre : Les Fleurs du Mal. Il s’agit de parler du Mal. La thématique du recueil nous est donnée. Après les Parnassiens partisans de « l’art pour l’art » (l’art ne peut avoir d’autre objectif que la beauté de l’objet produit) Baudelaire assigne à la poésie un autre rôle : celui de chanter le Mal, le spleen ( < de rate en anglais) qui marque l’homme de ses humeurs noires. La poésie naît de ce terreau infâme qu’est le Mal du poète, le Mal de l’homme. Véritable prologue ou préface ce texte donne tout d’abord le sujet de l’œuvre
Baudelaire présente unevision très pascalienne de l’homme : ce philosophe du XVIIème disait « Que le cœur de l’homme est creux et plein d’ordure »
La faiblesse de l’esprit :Un constat des faiblesses décrit par une accumulation dès le premier vers.
L’homme vit dans l’illusion : « erreur » (v.1), « croyant par de vils pleurs »(v.8)
L’homme manque de volonté : V.12 et 13 décrivent la dissolution de la volonté. L’homme estprésenté comme la marionnette du Diable (v.13)
L’homme semble même se complaire dans le Mal : oxymore « aimable remords »(v.3), « nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux »(v.7)
La faiblesse du corps :Evocation de la débauche : le quatrain 5 évoque une « antique catin »(v.18) mots qui riment avec « plaisir clandestin »(v.19)

L’esthétique satanique de Baudelaire
Le sentiment de...
tracking img