Lecture analytique: jean de sponde, essay de quelques poèmes chrétiens, « sonnets sur la mort » ii, 1588

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1335 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Mais si faut-il mourir »
Jean de Sponde, Essay de quelques poèmes chrétiens, « sonnets sur la mort » II, 1588

Mais si faut-il mourir, et la vie orgueilleuse,
Qui brave de la mort, sentira ses fureurs,
Les Soleils hâleront ces journalières fleurs,
Et le temps crèvera cette ampoule venteuse.

Ce beau flambeau qui lance une flamme fumeuse,
Sur le vert de la cire éteindra ses ardeurs,L’huile de ce Tableau ternira ses couleurs,
Et les flots se rompront à la rive écumeuse.

J’ai vu ces clairs éclairs passer devant mes yeux,
Et le tonnerre encor qui gronde dans les Cieux,
Où d’une ou d’autre part éclatera l’orage,

J’ai vu fondre la neige et ses torrents tarir,
Ces lions rugissants je les ai vu sans rage,
Vivez, hommes, vivez, mais si faut-il mourir.


Lectureanalytique du poème

Introduction :

Il s’agit d’un texte de Jean de Sponde, tiré de « Sonnets sur la mort » dans le recueil Essay de quelques poèmes chrétiens. Jean de Sponde est un auteur du mouvement baroque, au départ protestant puis converti au catholicisme. Ainsi, il s’écarta de certains auteurs tel que Agrippa d’Aubigné, et c’est pourquoi nombreux de ses poèmes furent redécouverts après sa mort(Alan Boase). Ecrit en 1588, ce poème fut composé avant sa conversion. Il se situe en pleine époque baroque, à la fin du XVIème siècle. Il représente par ailleurs une réponse à l’évocation épicurienne de Ronsard. C’est donc un poème engagé, avec un certain registre argumentatif, voire didactique. On retrouve dans ce sonnet un des thèmes fondamental du baroque, c’est-à-dire une réflexion sur lamort et l’instabilité de la vie. De ce fait, on peut alors se demander en quoi ce poème illustre-t-il une vision baroque de la vie. Son étude se décompose ainsi en deux axes, en premier temps le fait qu’il soit une vanité littéraire, puis l’avertissement dramatisé, théâtralisé de l’auteur.

I. Une vanité littéraire

a) « Memento Mori » (souviens-toi que tu dois mourir)
• Titre durecueil « mais si faut-il mourir », qui signifie « cependant il faut mourir » : on a alors un rappel d’une mort inévitable ;
• Ce rappel est présent en entrée et en chute, c’est donc la mort qui domine quoi que l’Homme fasse, cela symbolise la fatalité de la mort
• Omniprésence de la mort : elle apparaît à chaque vers, accentuant sur le caractère inéluctable de la vie ;
• Ainsi, ce poème est uneréponse au principe des « Carpe Diem » humanistes (=cueille la vie) où l’on pouvait voir la notion de profit de la vie, d’épicurisme (réf : Ronsard, Horace)

b) Symboles propres au genre de la vanité et de l’éphémère

• Le sonnet est irrigué par de nombreux symboles, des images, des métaphores. Tous se rapportent aux symboles du transitoire (nature) du vide, de l’éphémère, ou du temps quipasse, (voir exemples aux pts suivants) :
• Symbole de l’éphémère, du vide : « le temps crèvera cette ampoule venteuse » métaphore du vide par venteuse (l’ampoule est vide)/ « clairs éclairs » = caractère éphémère de la vie ;
• Symbole du temps qui passe, de la détérioration : « torrents tarir » « ces flots » = eau qui coule, d’où le temps qui passe/ « ce beau flambeau, qui lance une flammefumeuse » avec « éteindra », la flamme s’éteint après s’être consumée telle la vie ;
• Symbole du transitoire, de la nature : « ces journalières fleurs » et « le tonnerre qu gronde encor dans les Cieux »
• Ainsi, on décèle la présence d’une mise en abyme de la vanité car le poème devient lui aussi une décadence en nous montrant une vanité : le poème est à l’image du « tableau » qui « ternira sescouleurs »

c) Une attention portée à l’esthétique baroque, au surnaturel ainsi qu’au réalisme

• Grande variété de symboles illustrant la diversité de la vie (voir I.b)
• On observe un pluriel poétique : on part des deux premiers quatrains avec un environnement familier (« les Soleils hâleront ces journalières fleurs »), vers un phénomène plus large, les deux derniers tercets,...
tracking img