Les Animaux Malades De La Peste Analyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (14808 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mars 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse :
I - Une fable habilement menée

           1.Une Fable qui rappelle les récits mythologiques
  Récit
  « Un mal qui répand la terreur » : allusion à Œdipe de Sophocle (mauvais comportement des Hommes qui entraîne des châtiments avec la nécessité d’une victime expiatoire)
  Idée du destin
  Début récit mythologique puis scène de théâtre, justice et enfin morale

           2.Variété, diversité
  Versification (rimes embrassées qui lient les vers et longueurs irrégulières), accélération
  Alternance récit / discours
  Polyphonie
  Différentes tonalités (ironie, tragédie)

           3. Des animaux qui évoquent des Hommes / La mise en scène et les acteurs
  Les personnages ont des caractères personnels identifiables (vocabulaire adapté : renard contraste élogieux /dépréciatif, âne franchise)
  Contraste foule / certains animaux précis

II - Une scène critique de la justice et du pouvoir
           1. Le pouvoir : le roi et les courtisans
  Personnages : lion brutal et injuste
  Utilisation de modélisateurs / de verbes d’actions qui expriment la brutalité (« dévorer »)
  Nombre de vers consacrés au Roi important
  Courtisans : rhétorique, pouvoir de la parole,figure de style, énonciation (pas à la première personne)
  Certains ne font pas de confession : le renard

           2. La justice
  Vocabulaire de la justice
  Scène représentant le tribunal (défilé à la barre des animaux)
  Solennité de la scène : vocabulaire hyperbolique, scène grandiose
  Rôle du loup : sorte d’avocat général
  Utilisation du vocabulaire religieux : « expier », « péché»
  Justice qui ne juge pas le crime mais le rang (moral)
  Injustice soulignée contrastée par accumulation crimes de sang / crime de l’âne
  Voix du conteur : « peccadille » (car le loup dirait « crime abominable ») qui souligne l’ironie permettant de dénoncer l’injustice.

Conclusion
     Dans la fable Les Animaux malade de la peste, La Fontaine met en place des personnages types quicorrespondent chacun à des individus ou des groupes sociaux. Ces personnages sont ancrés dans la réalité de son temps mais leurs attitudes restent universelles. Le dénouement est triste. Il permet d’insister sur l’hypocrisie et sur une justice contrôlée par les puissants. Il décrit un comportement humain.

Cette fable met en scène le bestiaire : groupe d'animaux où le roi est représenté par le lion, lecourtisan modèle par le renard, d'autres courtisans par l'ours et le tigre, le clergé par le loup et un homme non courtisan (paysan) par l’âne.

A travers ce récit, nous assistons à la démonstration de la loi naturelle et sociale, " La raison du plus fort " . Il est évident aussi que ce texte amène une réflexion sur l'injustice. Cette démonstration s'opère par une mise en action, une "dramatisation " , mise en scène théâtralisée.

Nous trouvons tous les éléments du théâtre :
- L'intrigue, ou alibi tragique : la peste, la crise ;
- Les personnages ;
- Le dialogue ;
- La référence au théâtre grec, avec l'effet de chœur des courtisans.
L'intrigue elle-même peut évoquer la tragédie d' " Œdipe roi ", de Sophocle : Thèbes est ravagée par une épidémie de peste, et l'on recherche le coupablede ce châtiment divin. Nous aborderons ce texte par à un commentaire mixte : il est thématique, mais dans le fil du texte, en distinguant comme thème les cinq actes de la tragédie.
1. Vers 1 à 14, un tableau terrifiant ;
2. Vers 15 à 33, la parole du lion ;
3. Vers 34 à 48, la parole du renard ;
4. Vers 49 à 60, l'innocence de l'âne ;
5. L'épilogue moral.
La problématique peut-être "Combien le talent du conteur se met au service de la volonté de la morale ? "

4. Commentaire :

Axe 1 : Le tableau terrifiant :
1. La Fontaine utilise un contexte culturel éloquent :

Déjà dans le mythe antique et dans l'histoire de Thèbes, au moyen âge aussi. L'épidémie est un mal fréquent, redouté, qui reçoit des remèdes irrationnels. Au XVIIème siècle encore, les médecins parlent encore...
tracking img