Les deux coqs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1497 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Deux Coqs
Jean de la fontaine
Introduction n°1 :
La Fontaine, fabuliste et moraliste du XVIIème insiste très souvent et notamment au début du livre VII sur les caprices ou les malices de la Fortune (dite aussi « déesse bizarre »).

(Fil directeur de la fable : le Sort)

La Fontaine reprend ce thème de la fortune dans la fable de Les Deux Coqs. C’est un thème banal souvent exploitédans l’Antiquité. La Fontaine en fait un thème intéressant car il l’exploite de manière originale. Fable d’Esope : « Les Deux Coqs et l’Aigle ».

(La Fable actualise un principe de sagesse antique.)

Introduction n°2 :
Il va s’intéresser à la manière..

Original : il nous plonge très vite dans une sorte d’épopée de basse-cour en mettant en scène dans son récit des relations étroites ente lemonde animal et le monde humain et plus particulièrement homérique. En précisant que ce récit comporte 3 épisodes notamment définis sans compter.

Vers 1 à 10 : conflit.
Vers 11 à 23 : retraite du vainqueur.
Vers 24 à 28 : retournement de situation.
Vers 29 à 32 : morale.

Sans compter la morale, nous avons 3 actes constitués de manière identique.
1 : arrivée de la poule.
2 : victoire ducoq.
3 : la vautour.

Ces évènements produisent une situation nouvelle qui donne un tableau :
1 : le combat.
2 : l’expression d’une jalouse rage.
3 : le vainqueur.

Chaque tableau est construit de manière identique. Le fil directeur suit l’idée de surprise dans cette fable.

Etude de détail :

Titre: Les deux Coqs : titre qui n’est pas évocateur.

Vers 1: Il n’y a non pas deuxprotagoniste mais 3 : effet de surprise. Vers qui est fort marqué par la symétrie qui est protidique et syntaxique. On a un double hémistiche. L’équilibre est rompu par la poule, évènement souligné par une rupture de temps : imparfait > duratif.
Passé simple > singularité
Elément masculin : les deux coqs.
Elément féminin : la poule.
La rupture est soulignée dans le second hémistiche parl’absence d’un terme synonyme de « paix ». Il y a une correspondance entre « paix et « guerre allumée »

Vers 2: Il s’agit ici d’un octosyllabe. La Fontaine obtient un double effet grâce à ce vers 2 qui est plus ramassé que l’alexandrin précédent mais plus long que le second hémistiche.
Voilà : présentatif : il supprime la présence d’un vers et donne un effet d’immédiateté. Ampleur catastrophique desconséquences. Sons voisins : a, è, é, symétrie.

Absence de transition entre « Amour tu perdis Troie » et « guerre allumée ».

Vers 3: Rupture au niveau du maître, au niveau stylistique et au niveau sémantique par l’utilisation de « Amour ».
Contexte d’épopée homérique. A la place d’une banale querelle de poulailler le mythe fait irruption.
Analogie et parallélisme : bien mit en évidence.Echange : les caractères distinctifs semblent inversés. Cet échange est possible dans la mesure où la Fontaine établit un rapport étroit, joue de l’écart avec la simplicité des premiers vers.

Vers 5: Il s’agit d’un alexandrin : vers long. Inversion.
La Fontaine joue sur la dissonance entre Troie et nos deux protagonistes (Les Deux Coqs et la Poule). La Fontaine se joue aussi de son lecteur.(En français : deixis : valeur qui montre)

Vers 7, 8 ,9 et 10: phase où l’on voit comment la guerre va produire des conséquences. Ces : nouvelle situation : nous sommes ramenés à la basse-cour au vers 6.

Vers 7: vers double (vers 7 et 8 : une seule même phase qui développe l’adverbe du « longtemps » du vers 6.)
Là où il y a combat il y a enjeu. Conséquences sur le voisinage. Querelleayant le prestige des grandes légendes. Il n’est plus question des combattants, combat vu par les spectateurs (combat indirect).

Vers 8: Périphrase : « la gent qui porte crête » > épithète homérique. Effet d’ampleur.

Vers 9 et 10: engendrent un effet de surprise : il s’agit ici du dénouement. Amplification de la récompense. On s’attend à un dénouement grandiose. (Vers 9 : périphrase...
tracking img