Les fables de la fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (932 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
FABLES CHOISIES DE JEAN DE LA FONTAINE

Présentation du livre

Fables Choisies est un recueil de deux cent quarante trois fables (vingt-six dans notre cas) rédigées entre 1668 et 1678 par JeanDe la Fontaine et publié par l’édition Circonflexe. Il s’agit, comme son nom l’indique, d’un recueil de fables en vers, la plupart mettant en scène des animaux anthropomorphes et contenant une moraleau début ou à la fin.

Présentation de l’auteur

Jean de La Fontaine (8 juillet 1621 à Château-Thierry, 13 avril 1695 à Paris) est un poète, fabuliste, moraliste, dramaturge, librettiste etromancier français. Pendant vingt ans, il a parcouru les champs et les bois, a observé attentivement les animaux et le travail des paysans et s’est inspiré de ses constatations concrètes pour écrire. Sahaute fonction lui permet de fréquenter la cour et les grands, et il brille dans les salons avec des contes, des nouvelles, des poèmes et même des pièces de théâtre. Ses Fables de La Fontaineconstituent la principale œuvre poétique du classicisme, et l’un des plus grands chefs d’œuvre de la littérature française.

Résumés des vingt-six fables

Le Corbeau et le Renard
« Tout flatteur vit auxdépens de celui qui l’écoute. »
Le lièvre et la tortue
« Rien ne sert de courir, il faut partir à point. »
La Mort et le bûcheron
« Plutôt souffrir que mourir/ C’est la devise des hommes. »
LeGeai paré des plumes du paon
Il s’y agit d’un geai volant les plumes d’un paon muant pour aller se faire voir. L’auteur par cette fable, critique le plagiat.
Le petit poisson et le pêcheur
« UnTiens vaut ce dit-on, mieux que deux Tu l’auras : L’un est sûr, l’autre ne l’est pas. »
Le chêne et le roseau
On pourrait retenir que la loi du plus fort n’est pas toujours la meilleure.
Le chevals’étant voulu venger du cerf
« Quel que soit le prix que cause la vengeance, C’est l’acheter trop cher que l’acheter d’un bien /Sans qui les autres ne sont rien.»
Les animaux malades de la peste
«...
tracking img