Les gratuits alsaciens

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1649 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Concurrents directs (benchmark) journaux gratuits généralistes
Présentation des produits concurrents : nombre de pages, sujet, le nombre de pub, l’espace et les tarifs, date et lieu de diffusion

Tous les gratuits s'accordent pour dire que cette nouvelle presse grandit quotidiennement. Elle trouve son créneau et ses lecteurs en masse. D'après une étude menée par Ifop à la demande d'ÉconomieMatin, sur 427 personnes, 90 % sont des lecteurs de journaux gratuits comme Metro, 20 Minutes. Presse généraliste ou spécialisée, elle prend réellement de l'assurance, de la valeur auprès du public, trois ans seulement après son irruption brutale dans le paysage français. Cependant, elle est toujours mal acceptée par les journaux payants qui sont aujourd'hui des concurrents de taille. Avec plus de266 millions d'exemplaires distribués chaque jour en France, ce qui représente 15 % de la circulation globale des quotidiens, les gratuits bouleversent les codes de la presse.
D'abord, un constat : au fil des ans, la presse nationale perd des lecteurs. De 1997 à 2003, l'audience des quotidiens nationaux a baissé de 12 %, soit une perte de 800 000 lecteurs, d'après des chiffres de l'EuroPQN. En2003, tous les quotidiens nationaux ont affiché des reculs de leur diffusion, à l'exception de La Croix et Aujourd'hui en France. Sur l'année passée, les ventes de certains titres comme L'Équipe, ont regagné du terrain, à la faveur de relances éditoriales. Mais, au-delà de ce léger redressement, la diffusion des quotidiens payants baisse depuis 2000. Cela pose un problème, lorsque l'on sait que denombreux gratuits ne cessent de voir leur diffusion progresser. Les gratuits sont donc coupables aux yeux des payants d'avoir encore un peu plus fragilisé la presse. Ils semblent également avoir mis à mal la récession publicitaire et la baisse de la diffusion.
Comment qualifier cette presse d'information gratuite ?
La presse gratuite est tout d'abord plus disponible. Elle propose une lectureplus synthétique : des informations brèves, sans commentaires ainsi que des recettes exclusivement publicitaires contrairement aux payants. Les journaux gratuits, que ce soient les quotidiens, les hebdos ou les mensuels, sont bien plus aujourd'hui à l'écoute des lecteurs aussi bien en France qu'à l'étranger. Leur impact commence à se ressentir sur le marché de la publicité et des petites annonces.Malgré le rejet de la presse payante, les gratuits font parler d'eux et monopolisent l'attention des lecteurs.

Chaque gratuit a son cœur de cible mais très souvent, les 15-35 ans sont les plus concernés par ce genre de presse. Il s'agit de nouveaux individus, oubliés de la presse payante ou simplement en dehors de ses préoccupations. Par exemple, 49 % des lecteurs de Metro ont entre 15 et 34ans : 25 % sont des étudiants et 49 % des femmes.
Pourquoi ? La presse gratuite est plus légère, ne néglige pas l'actualité et surtout, elle est plus rapide. Les gratuits sont donc entrés dans un dispositif d'accessibilité maximum. En tout cas, pour ceux qui bougent, puisque l'essentiel de la diffusion des gratuits d'information se réalise dans, ou près des lieux de transit. Ils ont inventé un modèlede diffusion : aller vers le lecteur au lieu d'attendre qu'il vienne à eux dans les kiosques ou en s'abonnant. Ainsi, pour cibler les lieux et moments stratégiques où placer colporteurs et présentoirs, certains journaux utilisent des outils comme "le géomarketing ou le chronomarketing"…

D'après les dernières études menées par 20 Minutes, ce dernier est lu en France par 2,2 millions depersonnes, juste derrière L'Équipe. On peut alors se dire que les jeunes retrouvent petit à petit le goût pour la lecture. Ils constituent aujourd'hui le cœur de l'audience.

Consommation média des 15-24 ans : Internet devient le leader
L'étude commandée par l'EIAA (European Interactive Advertising Association), en 2005, association européenne représentant les régies publicitaires interactives,...
tracking img