Les modes de paiement du commerce international

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3305 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
________________________________________________________

L'économie algérienne et le programme d'ajustement structurel ____________________________
Ahmed Bouyacoub
L'économie algérienne est soumise au programme d'ajustement structurel depuis la signature en avril 1994, d'un accord avec l e Fonds monétaire international (FMI) et l'acceptation, pour l a première fois de son histoire, derééchelonner ses dettes extérieures vis-à-vis des Clubs de Paris et de Londres. Cet engagement dans l e rééchelonnement a été repoussé par tous les gouvernements qui s e sont succédé, depuis l'apparition de la crise de 1988 jusqu'à la fin de l'année 1993, année au cours de laquelle le service de la dette extérieure (rapport entre la valeur des remboursements annuels e t celle des exportations) avaitatteint le taux record de 86%.

Les prévisions pour l'année 1994 amenaient ce taux à un pic de 92%. Autrement dit, l'équivalent de la valeur de l'ensemble des exportations devait être consacré au remboursement du service de la dette, alors que le fonctionnement du pays nécessitait par ailleurs des importations (alimentation, équipements, médicaments) d'une valeur au moins égale à celle desexportations, soit à cette époque une enveloppe d'environ 10 milliards de dollars. L'équation était impossible à résoudre, car les bailleurs de fonds internationaux refusaient d'accorder de nouveaux crédits à l'Algérie et la poussaient vers le rééchelonnement, estimant que l'effort et les conséquences “d'une économie de guerre” dont rêvait Bélaïd Abdesselam, chef de gouvernement de juillet 1992 à juillet1993, étaient aussi désastreux qu'inutiles.

________________________________________________________
Printemps 1997

77

Les déséquilibres économiques étaient très profonds et toutes les thérapies imaginées au cours de la période qui a suivi le renvoi du gouvernement des réformateurs en juin 1991, jusqu'à la fin de l'année 1993, se sont avérées inefficaces, d'autant plus que la situationpolitique du pays entrait dans une nouvelle phase marquée par une très forte violence. C'est dans ces conditions que les accords avec le FMI et la Banque mondiale ont été signés et présentés à la population comme l'unique solution, alors que, quelque temps avant, le rééchelonnement de la dette était présenté par la majorité de la classe politique comme un "bradage" de la souveraineté nationale. Cesaccords ne soulèveront aucune contestation, et très rapidement la classe politique qui s'est exprimée sur cette question s'est montrée favorable à cette option. Le programme d'ajustement structurel (PAS) qui en a découlé imposait plusieurs objectifs visant tous à assurer les grands équilibres macro-économiques et à préparer les conditions d'une relance de la croissance économique. Quels sont lespremiers résultats de l'application de ce programme, très vite devenu le programme de travail du gouvernement depuis avril 1994?

________________________________________________________ ________________________________________________________
La presse algérienne rapporte souvent sous de gros titres les jugements des institutions internationales à l'égard de l'Algérie et particulièrement en cequi concerne le programme d'ajustement structurel. Ainsi, lit-on dans un grand quotidien: "Une nouvelle note de satisfaction" du FMI est décernée à l'Algérie 1. Le même quotidien relevait que le Bulletin du FMI se félicitait "des bons résultats de l'ajustement structurel de l'Algérie" 2. Bien entendu, les commentaires relèvent également les critiques formulées par cette institution et par certainsspécialistes à l'égard des insuffisances relatives notamment aux réformes de structure qui tardent à venir et qui hypothèquent la reprise de la croissance 3. En termes de résultats quantifiables, le bilan du gouvernement présenté et débattu dans deux institutions importantes du pays 4 mettait en valeur l'évolution du taux de croissance économique réalisé en 1996 à savoir 4%, identique à celui...
tracking img