Les relations franco-indiennes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2024 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« La visite d’Etat de Nicolas Sarkozy en Inde »
Du 4 au 7 décembre 2010

Nicolas Sarkozy et le Premier ministre indien Manmohan Singh.
Nicolas Sarkozy et le Premier ministre indien Manmohan Singh.

INTRODUCTION
Nicolas Sarkozy entame le 4 décembre 2010, accompagné de son épouse et de nombreux ministres, une visite d’Etat de 4 jours en Inde. Préparé depuis maintenantdeux ans par l’Elysée, cette visite est très importante pour la France. L’Inde n’est pas un pays comme les autres. Considéré comme le « deuxième moteur de la croissance mondiale » après la Chine d’après l’Elysée, cette rencontre se déroule à un moment stratégique après la venue du Président chinois en France. Nicolas Sarkozy espère conforter les relations franco-indiennes durant cette rencontre, maisce dernier, qui est également le Président du G20 souhaite également s’assurer du soutien de New-Delhi pour les grandes réformes qu’il voudrait engager.
Afin de mieux comprendre cette rencontre, il serait souhaitable de dresser un état des lieux des relations franco-indiennes ainsi que sur l’économie indienne. Ensuite, nous analyserons les enjeux de cette visite pour finir sur un bilan tout endressant les perspectives.

I] LE CONTEXTE DE LA RENCONTRE
A) Etat des relations franco-indiennes
Nicolas Sarkozy se rend en Inde dans le but de conforter les relations franco-indiennes qui sont déjà plutôt bonnes. Cette relation de confiance est le fruit des deux présidences de Jacques Chirac, qui a toujours voué son admiration aux cultures du continent asiatique. Effectivement, JacquesChirac, lors d’une visite en 2008 a durablement stimulé les relations franco-indiennes. Il en a profité pour mettre en place un dialogue stratégique, notamment sur la question du nucléaire civil, afin de décrocher des contrats plus tard. Et quand l’Inde, au cours de l’année 1998, opère à des tests nucléaires, Paris applique la politique de l’autruche, quand les Etats-Unis prennent des sanctions contreNew-Delhi. Lors de la dernière visite de Jacques Chirac en Inde en 2006, Paris plaide cette fois-ci pour une réforme du Conseil de sécurité de l'ONU qui ferait place à de nouveaux membres permanents, dont l'Inde.
Un véritable pacte de confiance s’est donc instauré entre nos deux pays, consolidé également lors de la 1ère visite de Nicolas Sarkozy en Inde en janvier 2008. Cependant la rapidité dece voyage (moins de 48h) avait quelque peu froissé Manmohan Singh.
B) L’économie indienne
C’est un pays « en plein boom » économiquement que Nicolas Sarkozy va découvrir. Le chef de l’Etat compte beaucoup sur l’Inde, forte de 1,1 milliard d’habitants et d’un taux de croissance estimé à 8,5% cette année. Cette forte croissance est tirée par la production manufacturière (+9,8% sur un an), lebâtiment (+8,8%) et, en raison d'une mousson exceptionnellement bonne, par la production agricole (+4,4%). Ce pays émergent est un des futurs grands de ce Monde avec la Chine. Néanmoins, comment expliquer cette montée en puissance ? Deux grands événements permettent d’expliquer ce spectaculaire redressement de la plus grande démocratie de la Planète. En 1991, l’Inde met en œuvre des grandes réformesdans sa politique économique lui permettant ainsi de jouer un rôle dans la mondialisation. Elle a vite compris qu’instaurer des barrières protectionnistes ne lui permettrait pas de s’exprimer pleinement. Enfin, en 1998, l’Inde procède à des essais nucléaires sans l’accord des grandes nations. Par cet acte, l’Inde montre sa puissance, et qu’il faudra désormais compter avec elle.
Le seul bémol quisubsiste dans l’économie indienne est l’inflation. C’est le point noir de l'économie indienne. Elle est établie à près de 10%, soit le taux le plus élevé parmi les pays du G20 après l'Argentine. La Banque centrale indienne, qui a déjà augmenté ses taux d'intérêt à maintes reprises et avait annoncé une pause, pourrait être contrainte à restreindre de nouveau le crédit.
II] LES ENJEUX DE CETTE...
tracking img