Lettres persanes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (436 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Lettres Persanes, Montesquieu

Introduction

Montesquieu (1689-1755) : Un des plus célèbre représentant du mouvement philosophique du 18ème siècle, il est surtout connu en tant que juriste(esprit des lois). Il n’a pas participé à l’encyclopédie, mais il à commencé l’article ‘goût’ terminé par Voltaire après sa mort.
Montesquieu publie anonymement en 1721 Lettres persanes, un romanépistolaire qui fait la satire amusée de la société française vue par des Persans exotiques.

Les lettres persanes : Ce texte est un extrait de la lettre 30, il s’agit d’un récit où Rica relate sesaventures a Paris. C'est une satire de la réaction des Parisiens vis à vis des étrangers et du snobisme des Parisiens (engouement pour une mode). Montesquieu introduit une nouvelle forme de jugement enconsidérant les autres peuples.
La tonalité satirique du texte est donnée dès la première ligne avec l'emploi du mot "extravagance"
Cette lettre se présente en 2 volets opposés : "Je fus regardé"," Sans qu'on m'eût regardé"
Annonce du Plan :

1) Rica en habit persan : attire tout les regards.

‘Regardé’, ‘voir’, ‘envoyé du ciel’, tout ces mots soulignent l’exceptionnel de Rica, on lecompare à un messie, un envoyé de dieu. La réaction des Parisien est inadaptée, ridicule et injustifiée et l’énumération (vieillard, hommes, femmes, enfants) montre qu’aucune catégorie peu importel’âge ni le sexe, n’échappe à la curiosité.

2) Rica en habit européen : indifférence des Parisien.

Souci de vérification de Rica devant cet excès d’enthousiasme de la part des Parisien : ‘SI curieuxet SI rare’.
L'expérience apporte sa conclusion : celle-ci est présentée avec humour. " J'eus sujet de me plaindre de mon tailleur, qui m'avait fait perdre, en un instant, l'attention et l'estimepublique’. L'humour cède vite le pas à la déception avec " néant affreux ". L'expression est exagérée mais donne la mesure de l'impolitesse des parisiens : à la curiosité présente dans le premier...
tracking img