Lettres persannes, montesquieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2085 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Montesquieu, Lettres persanes, lettre XCVII, 1721

LETTRES PERSANNES :

Les Lettres persanes est un roman épistolaire de Montesquieu, rassemblant la correspondance fictive échangée entre deux voyageurs persans, Usbek et Rica, et leurs amis respectifs restés en Perse. Leur séjour dure huit ans. Au XVIIIe siècle, l'Orient et le goût des voyages sont à la mode. Cependant, le roman fut publié auprintemps 1721 à Amsterdam, et Montesquieu, par prudence, n'avoua pas qu'il en était l'auteur. Selon lui, le recueil était anonyme, et il se présentait comme simple traducteur.
Usbek, un seigneur persan, accompagné de son ami Rica, fait un voyage en Europe jusqu'à Paris. En tenant à jour une correspondance avec des amis rencontrés dans les pays traversés, il dépeint d'un œil faussement naïf ─celui qu'une civilisation lointaine pourrait porter sur l'Occident, réduit dès lors lui-même à quelques contrées exotiques ─ les mœurs, les conditions et la vie de la société française du XVIIIe siècle. Le « regard étranger », dont Montesquieu donne ici un des premiers exemples éloquents, contribue ainsi à alimenter ce relativisme culturel qu'on devait voir ensuite illustré chez d'autres auteurs duXVIIIe siècle. Mais ce roman par lettres vaut aussi en lui-même, en outre par sa peinture des contradictions déchirant le personnage central d'Usbek : partagé entre ses idées modernistes et sa foi musulmane, il se verra sévèrement condamné par la révolte des femmes de son harem et le suicide de sa favorite, Roxane. Le lecteur lisant ce roman épistolaire se moque du Persan faisant preuve d'unenaïveté à l'égard des modes occidentales. Mais il ne rit pas longtemps, car en continuant sa lecture il se rend compte que c'est de lui que l'on se moque. Car, notamment dans la Lettre 100 - Rica à Rhédi à Venise, Montesquieu va critiquer les manières de s'habiller des Français, surtout des Parisiens, en utilisant des hyperboles, des antithèses, des métaphores, des accumulations d'exemples... Mais lamode n'est pas son intérêt... Il s'en moque complètement. Si on lit entre les lignes, Montesquieu critique clairement de façon implicite le système monarchique sous lequel il vit. Cette « arme fatale » (créée par Richelieu) consiste à réunir les 3 pouvoirs (législatif, judiciaire et exécutif) sur la tête d'une seule et même personne: le Roi. En résumé, dans ce texte, Montesquieu laisse entendre lavulnérabilité et la versatilité des Français face à leur souverain.

Les sources de Montesquieu sont légion, allant jusqu'à ses lectures et conversations pendant l'écriture de l'oeuvre. Il obtint la majorité de ses connaissances sur la Perse (qui ne sont pas négligeables) du livre de Jean Chardin Voyages en Perse Il puisa aussi, dans une moindre mesure, dans les nombreuses oeuvres quigarnissaient sa bibliothèque dont les Voyages de Jean-Baptiste Tavernier et Paul Rycaut. Concernant la France du XVIIIème siècle et Paris, ses seules sources sont ses propres expériences, avec des conversations (notamment la conversation avec un Chinois nommé Hoange dont il garda les notes) et anecdotes le concernant. Certains aspects du livre portent l'empreinte de modèles, desquels le plus important estL’Espion dans les cours des princes chrétiens de Giovanni Paolo Marana, célèbre à l'époque. Les Lettres persanes se démarquent de la plupart des écrits à sujets orientaux par le peu d'influence sur elles qu'ont les Mille et une nuits d'Antoine Galland, la Bible et le Coran.
Le roman anonyme constitué de 161 lettres fut publié en mai 1721 par Jaques Desbordes à Amsterdam, se dissimulant sous lepseudonyme A Cologne chez Pierre Marteau pour éviter la censure ou les poursuites. Pierre Marteau ou Pierre du Marteau est un éditeur fictif. Les auteurs et les éditeurs du XVIIe siècle qui ne désiraient ou ne pouvaient, publier leur ouvrage « Avec Approbation & Privilège du Roi », en raison de son contenu, l’éditaient sous un nom d’éditeur fictif. La mention la plus utilisée, « Cologne, Pierre du...
tracking img