Loulou

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1332 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Bouf Coralie

Da silva Béatrice

1°ST2S 1

La princesse de Clèves

De Madame De Lafayette

[pic]

Sommaire

I. Biographie de Madame De Lafayette

II. Résumé de l’oeuvre

III. La Princesse de Cléves

a. Le plan de l’oeuvre

b. Le personnage

c. Un court passage

d. La thématique

IV. Les illustration de l’oeuvre

V. Les critiques de l’oeuvreI. Biographie de Madame De Lafayette

Marie-Madelaine Pioche La Vergne, futur Mme de Lafayette naît en 1634 à Paris, dans une famille très petite noblesse mais proche du puissant cardinal de Richelieu qui lui assure protection. Dés son enfance elle rencontre des hommes de lettres et des poètes, que son père côtoie. Elle reçoit ainsi une éducation littéraire solide et complète. En 1649, sonpère meurt sa mère se remarie dés l’année suivante avec Renaud de Sévigné. Après une courte période d’exil de 1653 à 1654 suite aux révoltes contre le pouvoir royal menée successivement par les parlements et par les princes. Le couple rentre à Paris et y reçoit toute la haute société comme Scarron et Ménage. Marie-Madelaine Pioche commence à fréquenter l’hôtel de Rambouillet haut lieu de lapréciosité. A Seize ans, déjà reconnue pour ses qualités spirituelles, elle est nommée file d’honneur de la reine Anne d’Autriche. En 1655, âgée de vingt et un ans, Marie-Madelaine Pioche épouse le comte de Lafayette, de vieille et haute noblesse, de vingt-sept ans son aîné, à l’église Saint-Sulpice. Dans un premier temps le couple se retire sur ses terres situées dans le Limousin mais il revient bientôtà Paris. La comtesse de Lafayette tient un salon à son domicile un somptueux hôtel particulier rue de Vaugirard. Elle fréquente les grands de l’époque comme le duc de la Rochefoucauld qui deviendra un ami fidèle, des proches de Port-Royal ou encore Henriette d’Angleterre, qui épouse le frère de Louis XIV en 1661 et dont elle devient une intime. C’est le début pour Mme de Lafayette d’une brillantecarrière à la cour, ou elle intrigue avec Beaucoup d’habileté. En 1659 apparaît sa première œuvre la seule qu’elle signera de son nom. C’est un court portrait de Mme de Sévigné figurant dans un ouvrage collectif intitulé Divers portraits. En 1662 elle rédige La Princesse de Montpensier une nouvelle histoire qui paraît sous le nom de Segrais mais aussi l’année suivante elle écrit une autrenouvelle La comtesse de tende qui verra le jour après sa mort en 1720. En 1670 après la mort brutale d’Henriette d’Angleterre elle décide de ne plus paraître à la cour. En 1670 elle écrit Zaïde un ample roman héroïque hispano-mauresque couronné par la critique et signé Segrais .En 1678, la publication anonyme de la Princesse de Clèves déclenche une vive polémique, qui n’est pas sans rappeler la querelledu Cid en 1637. Chacun tente d’identifier par tous les moyens possibles l’auteur de l’ouvrage successivement attribué à la Rochefoucauld et à Segrais, avant que Mme de Lafayette avoue à demi-mots l’avoir écrit, dans une lettre en 1691 qu’elle adresse à Ménage. On se dispute aussi sur la qualité littéraire du volume certains le jugent remarquable d’autre confus et un manque de naturel. Si le publicle plébiscite, la critique généralement le boude. La fin de l’existence de Mm de Lafayette est assombrie pas des deuils successifs en 1680 celui du duc de la Rochefoucauld et trois plus tard celui de M de Lafayette. Mme de Lafayette s’éteint le 25 Mai 1693, assistée par une proche de Port-Royal, Marguerite Périer, la nièce de Blaise Pascal. Finalement Mme de Lafayette n’aura jamais affirmépubliquement être l’auteur de La Princesse de Clèves.

II. La princesse de Clèves

c. Un court passage

E
lle passa tout le jour des fiançailles chez elle à se parer, pour trouver le soir au bal et au festin royal qui se faisait au Louvre. Lorsqu'elle arriva, l'on admira sa beauté et sa parure ; le bal commença et, comme elle dansait avec M. de Guise, il se fit un assez...
tracking img