Macroeconomie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1409 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Cours Mario Dehove . INSTITUTIONS ET THÉORIE DE LA MONNAIE . Mai 2001
B ) La demande de monnaie
Les premières théories de la demande de monnaie ont mis l’accent sur le caractère
transactionnel de la monnaie. La monnaie n’est pas détenue pour elle-même mais
parce qu’elle est utile pour effectuer des transactions (théorie quantitative de la
monnaie, Ecole de Cambridge). L’une des composantesessentielles de la
« révolution keynésienne » aura été de montrer que toute l’épargne n’est pas
nécessairement placée sous une forme rémunérée et de faire émerger l’importance
de la demande de monnaie. Les analyses postérieures qu’elle soit monétariste avec
Milton Friedman ou keynésienne avec Tobin mettent l’accent sur l’intégration de
la monnaie comme demande d’encaisse, au comportement dediversification de la
demande d’actifs financiers , composante d’une diversification du patrimoine.
1. Détention de monnaie dans une optique transactionnelle
Il faut attendre le XIXe siècle pour que la monnaie soit considérée comme un bien
économique, faisant l’objet d’une offre et d’une demande en raison de son
caractère intrinsèquement utile. Toute l’analyse classique (Ricardo, J-S Mill…) estarticulée autour d’une demande de monnaie destinée aux paiements (demande de
monnaie de transaction). Il n’y a pas de demande de détention de monnaie pour
elle-même : la monnaie n’est détenue que parce qu’elle facilite les échanges. La
monnaie dépensée est strictement égale aux marchandises qu’elle permet
d’acheter.
L’une des théories les plus complètes (et ayant eu le plus de portée) sefonde
non sur la notion de demande de monnaie mais sur le concept de vitesse de
circulation de la monnaie. Irvin Fisher est l’économiste le plus étroitement associé
à ce point de vue découlant sur l’équation quantitative de la monnaie. Cette théorie
quantitative de la monnaie (TQM) a été ensuite exprimée sous la forme d’une
équation de demande : l’équation de Cambridge.
a. La théoriequantitative de la monnaie (I. Fisher)
La théorie quantitative de la monnaie formulée par I. Fisher, repose sur une identité
comptable. Toute transaction mettant en relation un acheteur et un vendeur, à
chaque vente correspond un achat et le montant des ventes est égal au montant des
achats pour l’ensemble de l’économie.
Sachant que le montant des ventes est égal au nombre des transactions réalisées(T)
multiplié par le prix moyen de celles-ci (P), et que le montant des achats est égal à
la quantité de monnaie en circulation (M) multipliée par le nombre de fois que
celle-ci change de main au cours d’une même période, l’identité comptable prend
la forme suivante :
Cours « Systèmes monétaires et financiers », chap II, Le marché de la monnaie, Arnaud Diemer, MCF Université
d’Auvergne,Faculté de Sciences économiques et de Gestion, 2ème année DEUG
26
M Vt = P T (1)
Ou si l’on appelle M, la monnaie fiduciaire (billets) et M’, la monnaie scripturale,
V et V’, représentant leur vitesse de circulation respective :
M Vt + M’ Vt ‘ = P T (2)
Cette équation des échanges n’est pas une véritable fonction de demande.
Elle ne traduit pas une encaisse monétaire désirée, mais une encaissenécessaire
pour effectuer les transactions. Dans une économie, la monnaie qui circule (MV +
M’V’) est nécessairement égale à la monnaie que réclament les agent économiques
en contrepartie de la valeur de leurs transactions économiques (PT).
Par un exposé méthodique et une série d’hypothèses, Fisher va tenter d’expliquer
pourquoi une hausse de la quantité de monnaie ne peut se traduire, à longterme1,
que par une hausse proportionnelle des prix.
Trois hypothèses sont généralement émises :
- La vitesse de circulation est constante à court terme (elle dépend en fait de la
technologie des transactions : cartes de crédit, virements, prélèvements…).
- Le produit réel (Y) rattaché2 au nombre de transactions (T) est constant à court
terme (le niveau de transaction est exogène car fixé...
tracking img