Madame bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1990 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Après cinq ans d’un travail acharné, passé entre la réécriture et l’épreuve du gueuloir, pour que « ses écrits sonnent bien », Flaubert termine en 1856 son roman « réaliste » intitulé Madame Bovary, qui fera un grand scandale auprès de la justice pour « délits d’outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». (p. 7). Flaubert se voit étiqueté du titre d’auteur réaliste, qu’ilréfute dans ses correspondances à Edma Roger des Genettes. " On me croit épris du réel, tandis que je l’exècre. C’est en haine du réalisme que j’ai entrepris ce roman ". A ce propos, Flaubert livre " un livre sur rien, un livre sans attache extérieure, qui se tiendrait de lui-même par la force interne de son style […] un livre qui n’aurait presque pas de sujet ou du moins où le sujet serait presqueinvisible ". (p. . Ce livre sur les mœurs de province subit un immense succès (quinze mille exemplaires vendus en deux mois) et apporte un grand vide; d’après Jean-Paul Sartre " écrire pour dire le Rien ". (notes de bas de page p. . Flaubert, au travers du discours du peintre nommé Pellerin, énonce les distinctes réalités vues par différents protagonistes.
D’abord, la thématique du réalismeapparaît, qu’est-ce que la réalité pour Flaubert; son œuvre, Madame Bovary, peut-elle être considérée comme réaliste ? Comment le schéma des réalités peut-il être appliqué aux personnages présents dans Madame Bovary au travers d’une étude axée sur leurs comportements, actes et sur eux-mêmes ? En premier lieu, Flaubert critique la société de son époque ; il voit noir. Ensuite, c’est au tour d’Emma Bovaryde voir d’une couleur qui sera le bleu et reflétera son romantisme et enfin vient le reste des personnages dont en particulier Charles, Homais, … symboles de la bêtise humaine.

Pour définir le réalisme pour Flaubert, il faut en premier lieu se pencher sur sa définition qui n’est pas si simple. Le réalisme est en quelque sorte une représentation ou imitation de la réalité, les réalistes veulentrevenir à la réalité (mimésis). Le réalisme décrit des faits vécus ou en donne l’illusion. En même temps que se développe le mouvement littéraire réaliste (1848 - 1865), se développe en parallèle un mouvement artistique du même nom. Un exemple probant du réalisme en art est la peinture de Courbet L’après dîner à Ornans. Ce tableau fait grand bruit dans la société, parce qu’il montre une scène quine met pas en valeur des vertus ou le sublime, de plus sa taille est trop grande, trop choquante pour son époque, pour représenter une scène si commune.
« Et notez que j’exècre ce qu’on est convenu d’appeler le " réalisme ", bien qu’on me fasse un de pontifes. » Dans une correspondance à George Sand du 6 février 1876. Flaubert ne veut pas accepter son titre d’écrivain réaliste, cependant, il y aune bifurcation2 dans son écriture, d’un côté il y a ses romans qui sont épris de réalisme en se focalisant sur des situations et mœurs communes comme Madame Bovary (1857), l’Éducation sentimentale (1869) et Bouvard et Pécuchet (1881). Mais en contraste à ses œuvres, l’autre branche est romantique, avec Salammbô (1862), la Tentation de Saint Antoine (1874) et les Trois Contes (1877). C’est doncbien un mélange de romantisme et de réalisme qui tient place dans l’écriture de Flaubert.
Madame Bovary s’inspire d’un fait divers, ce récit tend beaucoup vers le réalisme d’une part, par la documentation rassemblée pour son écriture; d’autre part, par le style de Flaubert dans ses descriptions et focalisations. Mais en même temps, Flaubert introduit une héroïne romantique dans un roman réaliste etmodifie l’épilogue. A l’origine, Homais1 doute de son existence " Ne suis-je qu’un personnage de roman ? Suis-je crée par quelqu’un que j’ai vu naître ? " […] " Cogito ergo sum ". Homais regarde les fœtus et prononce ces paroles : " Est-ce que je ne serais pas l’invention d’un petit paltoquet qui m’a inventé pour faire croire que je n’existe pas ? " C’est ainsi que Flaubert met un terme au...
tracking img