Mariage figaro

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2400 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 janvier 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
HONORE DE BALZAC
Français

Honoré de Balzac, né Honoré Balzac1,2,3 à Tours le 20 mai 17994 et mort à Paris le 18 août 1850, est un écrivain français. Il fut romancier, dramaturge, critique littéraire, critique d'art, essayiste, journaliste, imprimeur, et a laissé l'une des plus imposantes œuvres romanesques de la littérature française, avec 91 romans et nouvelles parus de 1829 à 1852, auxquelsil faut ajouter une cinquantaine d'œuvres non achevées, le tout constituant un ensemble réuni sous le titre de Comédie humaine.


LA DUCHESSE DE LANGEAIS

Dédiée à Franz Liszt met en scène le Général de Montriveau et la duchesse de Langeais.
La puissance des treize permet à Armand de Montriveau de poursuivre celle qui se refuse à lui jusque dans le monastère Espagnol où elle se cache.
Maisil n’enlèvera qu’un cadavre.
Cette œuvre, la plus riche et la plus complète de la trilogie, éclaire la politique de Balzac et constitue un admirable portrait de femme coquette.
Derrière la Duchesse de Langeais se dessine en filigrane la Marquise de Castries, que Balzac aima qui ne l’aima pas et le fit beaucoup souffrir.
Portrait tout chargé de rancune et de violence, que le modèle, il faut encroire Marcel Bouteron, qui a fait un historique exact de cette liaison manquée, ne justifiait pas tout à fait.



Ces trois romans (Ferragus, la Duchesse de Langeais, la fille aux yeux d’or) parfaitement fantastiques, irréels sont pourtant des créations irréfutables d’un romancier génial de la réalité.
Il n’y a pas de contradiction chez Balzac parce qu’il y a chez lui la présence constantedu génie, qui assimile et dépasse toute contradiction.
Au cœur de l’intrigue la plus inutilement (en apparence) compliquée éclate soudain des analyses de visionnaire qui créent le monde qu’elles décrivent, au fur et à mesure.
Le phénomène de la création authentiquement Balzacienne, la géniale déformation explicatrice d’un monde est dans l’Histoire des Treize parfaitement mise en lumière.
Il n’ya guère d’œuvre qui soit plus extravagante. Pour le poids de réalité que la lecture de ces pages impose. Il n’y en a pas dans Balzac de plus admirable.


Ce roman est le plus riche et le plus complet de l’ensemble de l’Histoire des Treize. Le général de Montriveau est épris de la duchesse Antoinette de Langeais, une coquette qui se refuse à lui et qui disparaît. Aidé par les puissants Treize,sorte de franc-maçonnerie aux pouvoirs occultes comme Balzac aime à mettre en scène, il la poursuit jusqu’à un monastère espagnol où elle s’est réfugiée sous le nom de sœur Thérèse. Là, elle accepte de le recevoir en présence de la mère supérieure à qui elle fait croire que cet homme est son frère. Mais, au dernier moment, elle avoue sa faute en même temps que son amour longtemps caché pourMontriveau. Ce début amène un long retour en arrière, à l’époque où la duchesse menait le monde par le bout du nez, faisant ménage à part avec son mari et méprisant ses soupirants. L’esprit des Treize imprègne le roman, en particulier la scène de violence où l’on voit Montriveau, conseillé par Ronquerolle, menacer la duchesse de la marquer au front avec une croix de Lorraine rougie au feu.

Dédié àFranz Liszt, ce portrait d’une coquette représentative des nobles familles du faubourg Saint-Germain, qui tiennent leur fortune de leurs terres et qui vivent dans le mythe d’une naissance supérieure, fut inspiré à Balzac par la Duchesse de Castries avec laquelle il eut une aventure orageuse, et qui l'humilia en ne se donnant jamais à lui. Balzac en conçut d'abord une violente rancœur, puis lesrelations devinrent plus cordiales à la parution de "La Duchesse de Langeais", dans laquelle la duchesse de Castries se reconnut en portrait à demi flatté.
de Lorraine rougie au feu.
Dédié à Franz Liszt, ce portrait d’une coquette représentative des nobles familles du faubourg Saint-Germain, qui tiennent leur fortune de leurs terres et qui vivent dans le mythe d’une naissance supérieure, fut inspiré...
tracking img