Maroquinerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2915 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Le marché de la maroquinerie en France
Panorama de l’offre et perspectives de croissance à l’horizon 2013 Analyse du jeu concurrentiel et des enjeux pour la profession
Des distributeurs sous pression…
Après une croissance à deux chiffres en 2011, le chiffre d’affaires des détaillants spécialisés en maroquinerie va reculer de 3,5% en valeur en 2012, selon les prévisions exclusives des expertsde Xerfi. Les distributeurs évolueront dans un contexte macroéconomique particulièrement instable : croissance atone, crise du pouvoir d’achat, montée du chômage, inflation, etc. Cette situation incitera les ménages à procéder à des arbitrages drastiques, globalement défavorables aux dépenses d’habillement-cuir (chaussures et maroquinerie), traditionnelles variables d’ajustement. La baisse de lademande domestique sera, par ailleurs, alimentée par les hausses de prix constatées en magasins, liées au renchérissement des cours des matières premières (cuir, textile, etc.) et aux revalorisations salariales en Asie. A l’horizon 2013, le dynamisme de l’offre sur le marché de la maroquinerie et l’amélioration de l’environnement macroéconomique soutiendront néanmoins la croissance de l’activité desdistributeurs (+1% en valeur).

… mais une plus grande résistance des e-commerçants
Dans ce contexte difficile, tous les types de distributeurs ne seront pas impactés de la même manière. Ainsi, les pure players d’Internet feront preuve d’une belle résistance grâce à des politiques commerciales particulièrement attractives : promotions régulières, livraisons et retours gratuits, garantie «satisfait ou remboursé », etc. A cet égard, Gsell, leader de la maroquinerie en ligne depuis dix ans, propose un large éventail de services pour susciter l’achat d’impulsion et maintenir à distance ses challengers. Les sites de déstockage (Cdiscount, Rue du Commerce, etc.) et de ventes privées tireront également leur épingle du jeu grâce aux fortes réductions consenties par rapport aux prix pratiquésdans le réseau physique (multimarques, grands magasins, notamment), des rabais facilités par le référencement d’anciennes collections. Pour comprendre l’organisation du marché, Xerfi dresse dans cette étude un panorama exhaustif des circuits de distribution d’articles de maroquinerie (détaillants spécialisés, grands magasins, acteurs du prêt-à-porter, grande distribution, vente à distance).

web Un marché extrêmement vaste et disputé
Afin d’analyser les enjeux, les orientations stratégiques, ainsi que les perspectives des acteurs, les experts de Xerfi proposent également dans cette étude une cartographie précise des principales marques de maroquinerie (historique, positionnement prix, modèle de distribution, etc.). Plusieurs catégories d’opérateurs ressortent de l’analyse : lesspécialistes de la maroquinerie, dont les origines remontent au 19ème siècle, qui présentent la gamme la plus large de sacs, bagages et portefeuilles ; les maisons de couture et les créateurs de mode qui contribuent à la valorisation du marché, affichant des prix moyens quatre fois plus élevés que les maroquiniers ; les chausseurs de luxe qui restent encore relativement marginaux sur le marché ; lesacteurs de l’habillement grand public qui affichent des prix relativement faibles et offrent pour certains d’entre eux une gamme de plus d’une centaine de références (Guess, Tommy Hilfiger, etc.).

Les marques de luxe face aux nouveaux modes de consommation
L’attrait des Français, et notamment des classes moyennes, pour les marques de luxe a favorisé l’émergence d’une consommation alternative :l’occasion, la location de sacs, voire même la contrefaçon, participent à la « dégradation » de l’image de certains opérateurs. De quoi réduire à néant l’un des principes fondateurs de l’industrie du luxe : l’effet club. Face à cette tendance de fond, nombre d’opérateurs ont été forcés d’élargir leur gamme vers une offre plus accessible afin de maintenir leurs parts de marché. La maison Thierry...