Metatexte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 40 (9884 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Atelier de théorie littéraire : Les relations transtextuelles selon G. Genette
Extraits de G. Genette, Palimpsestes, Le Seuil, coll. « Poétique », 1982.
• L'objet de la poétique : la transtextualité ou transcendance textuelle (= « tout ce qui met le texte en relation, manifeste ou secrète, avec d'autres textes »).
• Les cinq types de relations transtextuelles :
1. L'intertextualité =« relation de coprésence entre deux ou plusieurs textes, c'est-à-dire éidétiquement et le plus souvent, par la présence effective d'un texte dans un autre. » — forme explicite et littérale : la citation. — forme moins explicite : le plagiat (emprunt non déclaré, mais encore littéral). — forme encore moins explicite et moins littérale : l'allusion (« énoncé dont la pleine intelligence suppose laperception d'un rapport entre lui et un autre auquel renvoie nécessairement telle ou telle de ses inflexions, autrement non rencevable. »). NB : M. Riffaterre : l'intertextualité = « L'intextexte est la perception, par le lecteur, de rapports entre une œuvre et d'autres qui l'ont précédée ou suivie »; l'intertextualité s'identifie pour lui à la littérarité elle-même. « L'intertextualité est […] lemécanisme propre à la lecture littéraire. Elle seule, en effet, produit la signifiance, alors que la lecture linéaire, commune aux textes littéraire et non littéraire, ne produit que le sens. » Mais les rapports étudiés par Riffaterre sont toujours de l'ordre des micro-structures sémantico-stylistiques, à l'échelle de la phrase, du fragment ou du texte bref, généralement poétique…
2. Laparatextualité = « la relation que le texte entretient, dans l'ensemble formé par une œuvre littéraire, avec son paratexte : titre, sous-titre, intertitres; préfaces, postfaces, avertissements, avant-propos, etc., notes marginales, infrapaginales; [etc.] », tous les signaux autographes ou allographes qui procurent au texte un entourage.—> G. Genette, Seuils, 1989.
3. La métatextualité = « la relation, dite“de commentaire”, qui unit un texte à un autre texte dont il parle, sans nécessairement le citer. »
5. L'architextualité = « l'ensemble des catégories générales, ou transcendantes — types de discours, modes d'énonciation, genres littéraires, etc. — dont relève chaque texte singulier. » Relation tout à fait muette, que n'articule, au plus, qu'une mention paratextuelle (l'indication Roman accompagnantle titre sur la couverture). —> G. Genette, Introduction à l'architexte, 1979.
4. L'hypertextualité = « toute relation unissant un texte B (hypertexte) à un texte antérieur A (hypotexte) sur lequel il se greffe d'une manière qui n'est pas celle du commentaire. » L'hypertexte est un texte dérivé d'un autre texte préexistant au terme d'une opération de transformation. : transformation simple(transposer l'action du texte A dans une autre époque : Ulysse de Joyce) ou transformation indirecte (ou imitation : engendrement d'un nouveau texte à partir de la constitution préalable d'un modèle générique; ex. : L'Énéide).
• Remarques :
• « Il ne faut pas considérer les cinq types de transtextualité comme des classes étanches, sans communication ni recoupement réciproques » ; « leursrelations sont au contraire nombreuses, et souvent décisives », que l'hypertexte, par exemple, a « souvent valeur de commentaire » de l'hypotexte dont il est le produit », etc. • « Les diverses formes de transtextualité sont à la fois des aspects de toute textualité et, en puissance et à des degrés divers, des classes de textes » ; ex : « tout texte peut être cité, et donc devenir citation, mais lacitation est une pratique littéraire définie, évidemment transcendante à chacune de ses performances, et qui a ses caractères généraux. » (« seul l'architexte, sans doute, n'est pas une classe, puisqu'il est, si j'ose dire, la classéité (littéraire) même : reste que certains textes ont une architextualité plus prégnante (plus pertinente) que d'autres »). —> « Et l'hypertextualité ? Elle est aussi...
tracking img