Mme bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1799 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Charles Bovary : Portrait d'un anti héros
« Il y a en moi, littéralement parlant, écrit Flaubert en 1852, deux
bonshommes distincts : un qui est épris de gueulades, de lyrismes, de grands vols d’aigles, de toutes les sonorités de la phrase et des sommets de l’idée ; un autre qui creuse et fouille le vrai tant qu’il peut. » De fait, l’opposition ne sera jamais véritablement vaincue, et c’estla coexistence même des deux « bonshommes » qui fera de Flaubert le maître incontesté d’une école d’écrivains qui ne renieront ni l’exigence du vrai ni celle du style. Contemporain des frères Goncourt, Flaubert cultive comme eux l’écriture artiste, poussant cependant bien plus loin les contraintes dictées par le culte et la sacralisation de l’art pour l’art. L’acte de naissance de Madame Bovary està rechercher dans cette ambition de faire un roman « qui se tiendrait de lui-même par la force interne de son style ». De cette exigence jamais trahie découle une torture permanente dont témoigne la correspondance de l’écrivain : la rédaction de Madame Bovary s’étale ainsi sur plus de cinq années, chaque page étant travaillée et retouchée jusqu’à l’épuisement, puis testée dans le « gueuloir » deCroisset qui prend dès lors des allures d’antre légendaire. Le roman est publié en 1857, son auteur traduit en justice la même année, pour « offense à la morale publique ». La publicité faite autour de ce procès garantit le succès de Madame Bovary, dont le premier tirage, de vingt mille exemplaires, est rapidement épuisé. Toutefois, Flaubert ne sera jamais un écrivain à succès : si les critiquessont unanimes pour voir en lui l’un des plus grands écrivains du siècle, le public ne suit que rarement. Ainsi, L’Éducation sentimentale (1869) est un échec qui rend son auteur amer, d’autant que des problèmes personnels viennent miner ses dernières années.
 
Nous étions à l'Étude, quand le Proviseur entra, suivi d'un nouveau habillé en bourgeois et d'un garçon de classe qui portait un grandpupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son travail.
      Le Proviseur nous fit signe de nous rasseoir ; puis, se tournant vers le maître d'études :
      – Monsieur Roger, lui dit-il à demi-voix, voici un élève que je vous recommande, il entre en cinquième. Si son travail et sa conduite sont méritoires, il passera dans les grands, où l'appelle son âge.      Resté dans l'angle, derrière la porte, si bien qu'on l'apercevait à peine, le nouveau était un gars de la campagne, d'une quinzaine d'années environ, et plus haut de taille qu'aucun de nous tous. Il avait les cheveux coupés droit sur le front, comme un chantre de village, l'air raisonnable et fort embarrassé. Quoiqu'il ne fût pas large des épaules, son habit-veste de drap vert à boutonsnoirs devait le gêner aux entournures et laissait voir, par la fente des parements, des poignets rouges habitués à être nus. Ses jambes, en bas bleus, sortaient d'un pantalon jaunâtre très tiré par les bretelles. Il était chaussé de souliers forts, mal cirés, garnis de clous.
On commença la récitation des leçons. Il les écouta de toutes ses oreilles, attentif comme au sermon, n'osant même croiserles cuisses, ni s'appuyer sur le coude, et, à deux heures, quand la cloche sonna, le maître d'études fut obligé de l'avertir, pour qu'il se mît avec nous dans les rangs.
      Nous avions l'habitude, en entrant en classe, de jeter nos casquettes par terre, afin d'avoir ensuite nos mains plus libres ; il fallait, dès le seuil de la porte, les lancer sous le banc, de façon à frapper contre lamuraille en faisant beaucoup de poussière ; c'était là le genre.
      Mais, soit qu'il n'eût pas remarqué cette manoeuvre ou qu'il n'eût osé s'y soumettre, la prière était finie que le nouveau tenait encore sa casquette sur ses deux genoux. C'était une de ces coiffures d'ordre composite, où l'on retrouve les éléments du bonnet à poil, du chapska, du chapeau rond, de la casquette de loutre et du...
tracking img