Module 5

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1769 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
IFAS
Promotion 2011/2012.













SITUATION DE COMMUNICATION
Épreuve écrite du Module 5
















Introduction :

La situation marquante dont je vais vous faire part, s’est déroulée à l’hôpital C-L. en service de soins de suite et de rééducation, lors de mon 2ième stage. Ce service accueille 16 patients, dont 10 chambres seules. Le 9 décembre2011, jour de mon interpellation, ce service comprend une cadre de santé, un médecin, un interne, une psychologue, deux infirmières et enfin trois aides-soignantes.
Cette situation est pour moi importante à relater car elle souligne l’importance de la communication dans le soin, peu importe le service dans lequel nous sommes amenés à travailler.




Description de la situation :

Jeme trouve aux transmissions de 14h00 lorsque l’équipe du matin fait un compte-rendu à l’équipe d’après-midi. Il en ressort que Mme Q, patiente de 63 ans admise le 17 février 2011 pour trouble cognitifs important avec une personnalité caractériel et refuse de prendre son traitement.
Elle présente des métastases au cerveau et a des troubles cognitifs (détérioration des processus mentaux de lamémoire, du jugement, de la compréhension et du raisonnement) ; de plus, de plus a certains moment, ca lui arrive d’être dans un état paranoïaque de persécution.
Étant une personne inconnue pour elle, je décide d’aller me présenter afin de discuter et de pouvoir établir petit à petit une relation de confiance et je m’aperçois que cette patiente est un peu désorientée à certains moments.
Mme Q, doitsuivre un traitement au quotidien. Pour cela le Docteur, lui a prescrit du RISPERDALORO et ALPRAZOLAM( (anxiolytique).
Or il arrive que les infirmières soient désemparées quand à la prise du traitement de Mme Q.
Ayant déjà eu une approche avec cette patiente, les infirmières me donnent son traitement afin que je lui administre. Je m’assois à coté d’elle et lui explique que c’est son traitementhabituel et qu’elle n’a pas de craintes à avoir.
Après quelques minutes de discutions elle accepte de le prendre assez facilement.
Elle se confie et dit être une ancienne comédienne, un métier qu’elle affectionnait particulièrement.
Les jours qui suivent je continue à prendre en charge et attribuer le traitement de Mme Q sous délégation de l’infirmière, je l’aide aussi à prendre sa douche et lastimule afin qu’elle prenne ses repas. Jusqu’à lors tout se passait bien.
Le 15 Décembre 2011, j’apprends lors des transmissions que Mme Q, fût agitée durant la nuit et qu’elle aurait hurlée et très mal parler a une collègue aide-soignante.
En effet je retrouve Mme Q dans sa chambre, peu communicante et assez confuse. Elle me parle d’une répétition, me demande à qu’elle heure elle est, je luiexplique qu’il n’y a pas de répétition aujourd’hui. Je lui explique et lui rappelle ou elle est et j’essaye de la recadré dans le temps et l’espace et lui dit que son ami viendra lui rendre visite dans l’après midi.
Lorsque son ami arrive, nous lui expliquons la situation, il semble complètement bouleversé et désemparé par la situation dans laquelle se trouve Mme Q, il demande si avec sontraitement elle redeviendra la femme qu’elle était avant. Pourtant les médecins lui ont déjà bien expliqué que le traitement servait surtout à stabiliser son état, selon l’équipe soignante Mr Q semble être dans le déni.
Vers 16h00 Mme Q doit prendre son traitement. Son mari étant là, l’infirmière lui donne le cachet afin qu’il lui administre mais contrariée de sa journée Mme M refuse, elle continue àparler de « sa répétition », qu’elle est en retard, qu’elle doit s’y rendre… Mais son ami impuissant, s’agasse, il dispute Mme Q et la menace de lui jeter un verre d’eau dans la figure, si elle continue. Il insiste éperdument pour quelle prenne le cachet, en lui enfonçant de force dans la bouche.
J’interviens avec un infirmier me rendant compte que Mr P est entrain d’envenimer la situation,...