Montaigne "ma seconde maxime"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (829 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Un homme rentre dans une boutique de chaussure. Il existe une multitude de chaussures dans cette boutique qui lui plaisent. Il est confronté à un choix devant lequel il doit forcément trouver unesolution. C’est ce problème que soulève Descartes, en effet cet individu est confronté à un choix dont il ne connait pas la solution. Le thème de ce texte est donc l’irrésolution, l’impossibilité dansune situation donnée de faire un choix rationnel d’où selon Descartes de l’importance de se tenir fermement à une décision.
Comment me résoudre à un choix lorsqu’il existe une multiplicité de choix etoù la solution n’est pas rationnelle ?
Dans une première partie, nous verrons l’énonciation de la thèse de Descartes ainsi que son exemple du voyageur égaré puis nous aborderons l’universalisationde son propos est sa conclusion.

Dans une première partie, Descartes énonce sa thèse qui peut se diviser en deux parties, une première liée au passage de l’action qui doit être sans concessions(«le plus ferme et le plus résolu »). Cela veut dire deux choses, la première nous devons consacrer toute notre énergie, toute notre  faculté de nous déterminer  à ce que cette action aboutisse. Laseconde c’est que nous ne devons pas nous revenir sur l’action, nous n’avons pas revenir en arrière. Ainsi pour revenir à l’exemple introductif, cet individu ne pourra pas après avoir choisi une paire dechaussure, revenir dans le magasin et demander d’en changer. Le passage à l’action doit être la plus rigoureuse possible et nous devons nous tenir à cette décision initiale.

Ce passage à l’acteaussi « ferme » soit-il nécessite pourtant une réflexion, c’est la deuxième partie de la thèse que l’on retrouve dans le texte « lorsque je m’y serais une fois déterminé ». La détermination selon lePetit Larousse illustré peut se définir comme « une décision qu’on prend après avoir hésité ». Si l’on suit cette définition, on a abouti à la conclusion que le passage à l’acte passe subséquemment...