Mort de l'oie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3259 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
KUBRICK Stanley

La troisième partie parlera de KUBRICK Stanley et de trois de ses films que nous avons choisis pour leurs images chocs.

Orange Mécanique

Résumé du film :

Alex et ses trois « droogies » (complices) sèment la terreur au hasard sur des inconnus pendant les virées nocturnes. Après avoir violenté un clochard, ils terrorisent un couple « les Alexanders » vivant dansune maison isolée et violent son épouse devant ses yeux. Trahi par ses frères droogies, Alex est arrêté après avoir assassiné une femme avec uns statue en forme de pénis dans sa maison. Il est alors condamné à quatorze ans de prison mais au bout de deux ans il bénéficie d’un traitement spécial qui réhabilite les criminels en quinze jours. Il subit alors un lavage de cerveau ce qui le dégoûtera àvie de sexe et de violence. De retour à la vie civile, il se retrouve seul dans la rue incapable de se débattre dû au traitement, il est alors roué de coups par le clochard puis par ses droogies. Blessé, il se réfugie dans le pavillon des Alexanders. Celui-ci est veuf et infirme dû à l’agression, il ne le reconnaît pas de suite. D’abord punk amoral, puis citoyen modèle après avoir subi un lavage decerveau, le parcours d’Alex illustre la vision-choc de Stanley KUBRICK issu du roman de Anthony BURGESS. Des images inoubliables font de ce film un chef d’œuvre. Très controverses a sa sortie Orange Mécanique remporte le Prix du meilleur film et du meilleur réalisateur a New-York Film Critics. Prés de trente ans plus tard, le travail artistique de ce film est tel qu’il séduit et dérange encore,choque toujours et conserve son emprise incomparable.

Informations sur Orange mécanique 1971 :

Tout d’abord l’orange mécanique est une drogue violente qui pousse à être méchant et violent, de plus, orange mécanique est l’expression anglaise qui veux dire «  étrange comme une orange mécanique ». Nous comprenons mieux pourquoi KUBRICK Stanley a choisi ce titre qui va toute a fait avec lecontexte de son films qui reflète la violence gratuite produit par des êtres méchants. Après de nombreuses recherches nous avons trouvé plein de détails sur le film et la façon dont ce film a été perçu que nous allons vous énoncer ici. Le but de KUBRICK dans ce film est de dénoncer la violence par la violence pour cela il utilise Alex qui est un garçon qui a été manipulé par la société qui l’alaissé faire ses crimes en douces et qui l’a ensuite incarcéré pour que par la suite il soit pire qu’avant donc nous avons une société manipulatrice. Cependant de nombreuses séquences ont été choqué car cela allez trop choquer le public. Alors n’avons-nous pas vu le pire ? En effet nous avons vu le « moins choquant », parce que même dans les archives nous n’avons pas réussi a trouve ses séquences. Maisdans le contexte des années soixante dix, c'est-à-dire il y a quarante ans ce film avait plus d’impact, nous sommes dans l’ère où la violence ne nous choque plus alors qu’avant ce film était choquant et horrifié certaines personnes .Ce qui a le plus dérangé les spectateurs est la mise en scène atypique, le climat inquiétant qui règne, le dénué de toute morale et la mise en scène de la nudité dite«  TRASH » (viol avec violence) qui est un sujet tabou a l’époque.

Les scènes chocs :

La première scène nous montre la violence exécutée sur un clochard, nous le voyons au loin seul sous un pont chantant et fortement alcoolisé. Nous apercevons l’ombre de quatre hommes arrivant vers le sans domicile, ils sont tous armés de barres de fer et lors de leurs arrivés ils applaudissent le vieilhomme. Un premier « droogies » enfonce une barre de fer dans le ventre du clochard et alors s’en suit une série de violence gratuite envers cet homme sans défense.

Après un long discours du vieil homme Alex le tabasse à coup de barre de fer avant que ses confrères fassent de même, ils s’acharnent alors sur le vieil homme qui souffre. Nous pouvons dire que cette scène reflète la violence...
tracking img