Mouvement contre le contrat premiere embauche

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1764 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mouvement contre le contrat première embauche en France.

Le projet de loi instituant en France le contrat première embauche (CPE) puis son adoption par le parlement français le 31 mars 2006 entraînent, au court des mois de février, mars et avril 2006, un important mouvement étudiant et lycéen, soutenu par des partis politiques et par la plupart des syndicats.
Les syndicats et coordinationsd’étudiants et de lycéens, ainsi que les partis de gauche, manifestent contre le gouvernement de Dominique de Villepin et demande le retrait du CPE. Un grand nombre d’assemblée générale demandent aussi l’abrogation de l’intégralité de la loi pour l’égalité des chances dont il fait parie, et également le retrait du contrat nouvelle embauche, plus ancien, similaire par certains aspects au CPE. D’autresrevendications ont également été défendues, sans succès. Face aux manifestations, le 10 avril, Dominique de Villepin annonce que « les conditions ne sont pas réunis » pour que le CPE s’applique, 2 mois après son adoption au parlement et dix jours après sa validation par le conseil constitutionnel. Le conflit voit par ailleurs naître une opposition aux blocages des universités et des lycées.

LeCPE était réservé aux salariés de moins de 26 ans et concernait uniquement les entreprises du secteur privé de plus de vingt salariés (excepté celles de travail à domicile), à l'instar du CNE qui lui concernait tous les salariés. De plus, comme pour tout contrat à durée indéterminée (CDI) proposé aux salariés de moins de 26 ans au chômage depuis plus de six mois, le CPE s'accompagne d'exonérationde cotisations patronales pendant une durée de trois ans. Une "période de consolidation" aurait également donné la possibilité à l'employeur et le salarié de rompre le contrat de travail (licenciement ou démission) sans avoir à en énoncer le motif, à l'instar de la période d'essai en CDI ; cette modalité a été la plus critiquée par les syndicats et les mouvements étudiant, considérant que celaaurait pu faciliter les licenciements abusifs.
Les stages, CDD et périodes en alternance effectués par le salarié dans la société au cours des deux années précédant la signature du CPE auraient été décomptés des deux années de « consolidation » du CPE, qui aurait pu être contracté après un CDD. Enfin, le contrat devait être porté par écrit, entrainant dans le cas contraire sa requalification enCDI, seul contrat de travail français pouvant être établi oralement.

En France, le contrat première embauche était un type de contrat de travail a durée indéterminée, à destination des moins de 26 ans. Contrairement à ce que son nom indique, un salarié aurait pu être sous le régime de ce contrat, sans qu’il s’agisse pour autant de son premier emploi. A l’instar du contrat nouvelle embauche, cecontrat était assorti d’une « période de consolidation » de deux ans durant laquelle l’employeur pouvait rompre le contrat de travail sans en donner le motif, succédant à une période d’essai équivalent à celle du CDI. Ce contrat avait pour but d’embaucher des jeunes car le taux de chômage en 2006 était de 23% pour les jeunes actifs ce qui était supérieur au taux moyen de la population active.Le 14 mars avec 41 000 manifestants et le 16 mars avec 447 500 personnes, les manifestations composées principalement d'étudiants et de lycéens se poursuivent. Des actions « coup de poing » sont également organisées, comme le blocage de trains (Nantes, Dijon), de rocades ou de voies rapides (Rennes, Nice, Rouen, Poitiers, Dijon, pont de l'ile d'Oléron), le blocage du convoi de l'Airbus A380 ou encoredes « expulsions » des locaux du MEDEF et de l'UMP (Montpellier, Poitiers).
Le vendredi 17 mars, le gouvernement tente de « renouer le dialogue » et souhaite améliorer le CPE par la discussion. Il reçoit les syndicats mais ceux-ci refusent toute négociation tant que le contrat ne sera pas retiré.
Le samedi 18 mars a lieu une journée nationale de manifestations avec entre 530 000 et 1,5...
tracking img