"No picture over there"*- los angeles downtown, adrien sina

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (341 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
"No Picture over There"*- Los Angeles Downtown. Adrien Sina

Le XXe siècle avait été défaillant quant à son invention urbaine. A peine conscient de cet échec, il s'était précipité dans le vided'une urbanité manquante, d'un être-ensemble oublié qu'il recherchait dans l'inconnue urbanité virtuelle.

Le tissu social n'existait plus, individus et territoires étaient atomisés, épars. Leparadigme de l'élimination, issu des jeux vidéo, enveloppait le réel d'une constellation de défaillances, de gouffres éthiques et de glissements hégémoniques.

Les enjeux politiques n'étaient plus desenjeux de société ni de civilisation, mais d'image et de paysage: autant de turbulences médiatiques qu'il fallait traverser, sans être affecté par l'ampleur des désastres qui y survenaient.L'irresponsabilité était collective, le pouvoir nul part, mais partout tributaire d'une diffuse équation de pillage et de gâchis des potentialités humaines.

L'arrogante découpe de l'horizon était celle des toursdes empires financiers. Plus proche, sous une ombre déserte, une vie discrète murmurait sa survie dans un grognement amorphe, à chaque recoin secret. Quelques greffes urbaines, petites architecturespolymorphes et éphémères, rappelaient cette membrane amniotique, qui nous singularisait en tant que corps, à l'aube de nos frémissements cellulaires.

Ils étaient dehors et vivait avec la chairouverte de la ville parce qu'ils étaient pauvres de seconde classe, exclus même des foyers d'accueil qui pourtant leur étaient destinés. Alors, ils gravitaient tout autour, le provisoire était définitifet cette abrupte création de l'errance une récurrente question de territoire: ce même territoire de droit jamais réellement partagé avec aucune minorité. "No picture over there" disaient les habitantsdésarmés de cette ville parallèle désormais fantôme.

Au-delà de l'image, le pouvoir appartenait au regard, celui de la cruauté qui viole une intimité volée, ou celui de l'égard qui, de pudeur,...
tracking img