Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2738 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Premier corrigé

La forme du sujet pose peu de problèmes. Une alternative est proposée : il s'agit de déterminer, après les avoir interprétées, laquelle des deux branches est valide. Faire bien attention, cependant, au statut du « ou » : celui-ci n'est pas nécessairement exclusif. En effet, on peut être amené, suivant les niveaux de pensée où l'interprétation des deux branches se tient, àmontrer qu'on naît à une certaine liberté et qu'on accède à une autre. Il s'agirait dans ce cas, soulignons-le, d'une alternative, c'est-à-dire que ça ne serait pas strictement équivalent à un « et », puisque deux libertés distinctes seraient décelées dans les deux branches.
L'originalité du sujet tient à l'emploi du pronom impersonnel « on ». Le sujet interroge ainsi tout être susceptible d'êtrelibre. Cependant, dans la mesure où toute question s'adresse à un auditeur, au moins possible, il est sous-entendu que la question est posée en particulier au sujet des hommes. Il faudra donc respecter, en se penchant sur le problème de la liberté humaine, cette orientation donnée vers l'essence de la liberté, ou celle de l'être-libre. En d'autres termes, si l'on parle de liberté humaine, il faudrale faire sous l'angle de l'essence, en soi, de l'être-libre, en portant une attention particulière au sens et à la possibilité de la liberté.
● Étudions à présent la première branche de l'alternative. Que signifie naître? Naître, c'est advenir à l'être. Ainsi, la thèse affirmant que l'on naîtrait libre signifie qu'en advenant à l'être, on adviendrait du même coup, et pour cette raison, àl'être-libre. Soit, en précisant cet « on » impersonnel : tout être qui aurait, par essence, la possibilité d'être libre, le serait dès sa naissance, dès sa venue à l'être. Il faut préciser cette possibilité de nature, sans cela la thèse serait absurde : nous savons qu'il y a des étants qui ne sont pas libres, et qui sont pourtant.
● En sens contraire, lorsqu'un être devient libre, c'est qu'il avait déjà,par nature, la possibilité de le devenir. En d'autres terme, il l'était déjà en droit, en puissance. Mais quel sens y aurait-il à en faire une loi d'essence de la liberté? Pourquoi tout être susceptible d'être libre devrait-il l'être d'abord en puissance avant de pouvoir l'être en acte? Considérer que le « on » s'adresse à la seule nature humaine nous donnerait une réponse immédiate de cettedernière question. L'homme, en effet, naît sous la forme d'un nourrisson, c'est-à-dire dans un état de finitude et de dépendance absolue. Cependant l'éducation lui permet de devenir à son tour, en possession de sa volonté. Nous aboutissons alors à une nouvelle question : Le fait que l'homme ait à devenir libre (de fait, car de droit il l'est, nous l'avons vu, dès sa naissance) est-il dû à l'essence dela liberté ou à une détermination particulière de la nature humaine?
● Pour répondre à cette question, il nous faut d'abord résoudre un problème : qu'est-ce qui, en l'homme, est liberté? A proprement parler, la liberté n'est rien si elle n'est, d'abord, la liberté d'un être, et ensuite liberté par opposition à une contrainte possible. De quelle liberté s'agit-il ici? C'est justement ce qu'ils'agit de définir. A quelle liberté est-on susceptible de naître? La liberté politique, par exemple. Mais ajoutons d'emblée que dans cet exemple, l'accès à la liberté est contingent : on peut tout aussi bien gagner la liberté politique, la conquérir. Cependant une telle conquête suppose une liberté plus radicale, celle de choisir la révolte par exemple.
● Nous pouvons alors achever l'élaboration dela problématique. Par quoi l'homme est-il libre? Qu'est-ce qui, en lui, le rend capable d'être libre, et selon quelles libertés? En résolvant ces questions, nous pourrons chercher à quelle liberté l'on naît, à quelle liberté on devient, et les rapports qu'entretiennent entre elles ces deux types de libertés. En les rapportant aux conditions de possibilité de toute liberté, nous pourrons alors...
tracking img