Pierre et jean

Pages: 5 (1124 mots) Publié le: 25 avril 2010
INTRODUCTION
Présenter rapidement l'auteur et l'œuvre :
Extrait du roman naturaliste Pierre et Jean de Maupassant, publié en 1888.
Situation du passage :
Extrait du premier chapitre de Pierre et Jean, ce texte introduit un élément capital pour l'intrigue (l'élément perturbateur) : le fait que Jean hérite d'une somme d'argent considérable. Maître Lecanu, le notaire est venu annoncer lui-mêmela nouvelle. Pour ménager ses effets, il procède en deux temps : il révèle d'abord aux Roland la mort de leur ami Léon Maréchal ; puis il laisse passer leur première réaction avant d'en venir à l'essentiel, c'est à dire à la façon dont se présente l'héritage.

LECTURE

ANNONCE DES AXES
I- Les réactions très différentes des personnages
II- La présence du narrateur en arrière plan

ETUDE
I-LES REACTIONS TRES DIFFERENTES DES PERSONNAGES
On peut noter qu'il y a une organisation assez méthodique de la présentation des réactions :
• "la première" (l. 3) -> Mme Roland
• "Mais" (l. 11) -> M. Roland
• "Maître Lecanu" (l. 17) -> le notaire
Nous choisissons de garder l'ordre d'intervention des personnages pour analyser leurs réactions.
A. Mme Roland : une émotion contenue
• Lefait qu'elle soit la première à réagir montre la sincérité de son émotion
• Insistance du narrateur sur cette émotion : - "larmes" (*2, l. 7)
- Champ lexical important de la douleur, de l'émotion : "émotion" (l. 3-4), "balbutia" (l. 4), "larmes" (l. 7), "chagrin" (l. 8), "douloureuses" (l. 10), "tristesse de cette perte" (l. 11-12)
- Sincérité de l'émotion mise en avant : "larmessilencieuses" (l. 7-8), "venues de l'âme" (l. 8-9) -> une douleur intime, intérieure
• Discours au style direct -> mime un sanglot
- Lambeaux de phrases entrecoupés de points de suspension (l. 5-6)
- Le point d'exclamation après "mort !" (l. 6)
- Expressions de désolation : "Mon Dieu" (l. 5, 6 *2), "pauvre" (l. 5 *2)
B. La joie de M. Roland
Le narrateur oppose les 2 époux de différentesfaçons :
• Par la différence d'expression des émotions :
- Mme Roland "dominant son émotion" (l. 3-4)
- Roland "ne pouvait plus dissimuler sa joie" (l. 25-26)

• Par la différence des termes utilisés dans le discours direct :
|- "Sacristi" (l. 27) | |"Mon dieu" (l. 5) |
|- "s'écria" (l. 26) | |"balbutia" (l. 4) |
|® ||® |
|Joie déplacée | |Chagrin |

• Par la différence des termes utilisés pour qualifier Maréchal :
|- "ce pauvre Maréchal" (l. 16) | |"ce pauvre Léon" (l. 5) |
|- "ce brave ami" (l. 29) | |"notre pauvre ami" (l. 5) |
|®| |® |
|Utilisation du nom de famille | |proche du défunt |

-> Beaucoup plus distant

• Par la ponctuation, notamment, les points d'exclamation, qui manifestent :
- La joie et la satisfaction                  La douleur
   chez M. Roland                       chez Mme Roland
• Parl'organisation des phrases :
- Beaucoup plus longueschez M. Roland (l. 27-29) -> maîtrise
- Discours décousu chez Mme Roland (l. 5-6) -> ne se maîtrise pas
C. La satisfaction du notaire
• Expression "J'ai été bien aise" (l. 31)
• Champ lexical de la satisfaction : "souriait" (l. 30), "bien aise" (l. 31), "plaisir" (l. 32), "bonne nouvelle" (l. 33)
• Froideur du notaire qui nemanifeste pas d'émotion envers Maréchal :
- Réponse à la question de Roland sur l'origine de la mort : de toute évidence, il ne s'en est pas préoccupé
- Champ lexical dominant de l'argent, du profit : "les clauses de ce testament" (l. 13-14), "le chiffre" (l. 14), "la fortune" (l. 14), "héritiers" (l. 19), "sa fortune, une vingtaine de mille francs de rentes en obligation trois pour cent"...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Pierre et Jean
  • Pierre et jean
  • Pierre et jean
  • Pierre Jean
  • pierre et jean
  • Pierre et jean
  • Pierre et jean
  • Pierre et jean

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !