Politique de la ville

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 146 (36381 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Développement social urbain et politique de la ville

Introduction

Nous sommes dans un monde urbain. La civilisation contemporaine est urbaine. Quittant la condition rurale, l’homme s’est urbanisé en se regroupant dans des villes avec ses semblables. Ce qui frappe certainement le plus, c’est que la ville est partout. « L’homo-urbanus » (voir ThierryPaquot, 1990, 177 p.) semble vouloir et pouvoir devenir le nouveau maître du monde. En 2000, et selon la division des statistiques de l’Organisation des Nations Unies, c’est quasiment un homme sur deux qui à l’échelle de la planète habite dans une ville (47,1 %) avec des taux oscillant selon les régions du monde entre 45,9 et 73,9 %. Si l’on retient le groupe des pays les moins développés le tauxn’est que de 25,2 %. Pour certains pays ou certaines parties de territoires, pris indépendamment de tout regroupement, le taux varie de 0 (Pitcairn, Tokelau, Wallis-et-Futuna…) à 100 % (Monaco, Singapour, Gibraltar, Iles Cayman, Anguilla…), la France se situant à 75,7 %. Parmi les pays les moins développés, le Bhûtân se positionne 7,7 %, la République démocratique du Timor oriental à 7,5 % et leBurundi à 9 %. Parmi les pays les plus développés, se trouvent la Belgique avec 97,1 % ou encore le Koweït avec 96 %. En 2030, selon les mêmes sources, 60,8 % de la population mondiale devrait s’approprier l’espace urbain. Longtemps, et même si les estimations divergent en l’espèce, les urbains n’ont représenté que 3 à 10 % de la population totale (voir Paul Bairoch, 1985, p. 634 ; PierreLaborde, 2001, p. 5 ; Pierre Bloc-Duraffour, 1998, p. 6). Le taux n’explose véritablement qu’au lendemain du second conflit mondial. En 1950, il avoisine les 30 %. Après avoir dépassé 40 % en 1985, il devrait franchir le cap des 50 % en 2007 (communiqué de presse des Nations Unies, POP/815).

Près de quatre cents agglomérations sont aujourd’hui millionnaires contre dix-sept en 1900. Alors que leseuil de trente millions d’habitants se profile dans un horizon proche (pour certaines estimations il est déjà franchi), au moins trois agglomérations dépassent le seuil des vingt millions et quasiment vingt, si ce n’est davantage (tout dépend de l’aire urbaine retenue, preuve sans doute qu’il faut préférer retenir des ordres de grandeur plutôt que des chiffres précis toujours incertains et de toutesles façons en évolution constante), ont franchi celui des dix millions.

Si au début du siècle, les villes les plus importantes se trouvaient principalement dans les pays industrialisés, désormais elles sont majoritairement situées dans les zones les moins développées. Ces régions selon les estimations regroupaient en 2005 les trois-quarts des urbains et en nombre d’urbains approchaient lapopulation mondiale de 1950. Les citadins du monde ne cessent de croître. Et, la progression ne semble pas prête de s’interrompre, du moins dans les régions les moins développées, soit par croissance interne, soit du fait de l’exode rural. L’exode rural, dont le terme trouve son origine dans le livre du britannique Peter Graham Anderson, « The rural exodus » de 1892 (216 p), alimente toujours lamoitié de la croissance des villes des pays en voie de développement. Dans les pays dits développés, la croissance désormais faible se veut essentiellement interne (différentiel naissance/décès). La ville n’en est pas moins fortement présente au point d’investir, d’envahir la campagne pour en faire une simple annexe. Voilà que l’espace urbain tend à se diluer dans l’espace rural. C’est comme s’il n’yavait plus de frontières, la ville ne cessant de déborder d’elle-même, et de la sorte d’effacer l’opposition traditionnelle ville-campagne.

Depuis sa naissance en Mésopotamie (l’Irak actuel), la ville a changé, notamment dans sa relation avec la campagne. En se disloquant, en faisant exploser ses murailles, explicites et implicites, la ville a arrêté de se concevoir sur une proximité...
tracking img