Polygamie en afrique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 10 (2490 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 8 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Le texte qui suit vise à présenter la polygamie, un phénomène social connu et pratiqué en Afrique subsaharienne. La polygamie est le fait, pour un homme, d’être marié simultanément à plusieurs femmes. Ce phénomène s’oppose à la polyandrie, qui est le fait pour une femme d’avoir plusieurs maris. La polygamie est encore très répandue en Afrique noire, notamment au Sénégal, au Mali,en Côte d’Ivoire, au Togo, au Cameroun, et bien d’autres pays. C’est pourquoi ce texte se concentre sur ce phénomène perçu difficilement par les Occidentaux, mais qui, pour plusieurs Africains subsahariens, incombe leur quotidien. Traditionnellement, qu’est-ce que la polygamie en Afrique noire? Comment est vécu ce mode de vie de nos jours à l’intérieur de ce continent ? Quelles sont les causes etles conséquences de ce fait social ? Le texte ci-dessous cherche à répondre à ces questions, en présentant d’abord, la polygamie traditionnelle ou d’autrefois, ensuite, en abordant la polygamie aujourd’hui, et ceci en intégrant les causes et les conséquences de la polygamie à ces deux portions de texte.

La polygamie traditionnelle ou d’autrefois

D’abord, la présentation ici de la polygamietraditionnelle ne signifie pas qu’elle ne s’applique plus de la même manière de nos jours. Il y a évidemment des analogies à faire entre la polygamie traditionnelle et contemporaine, ce qui sera palpable tout au long du texte. En premier lieu, dans la société agreste, la polygamie a été très utile pour les hommes, notamment pour détenir une force de travail familiale gratuite, soient les femmes.En effet, avoir plusieurs femmes pour les cultivateurs représentait une source de main-d’œuvre irremplaçable pour les travaux de champs puisqu’ils ne détenaient ni charrues ni tracteurs comme aujourd’hui. Les femmes représentent donc de nombreux bras pour l’autosubsistance de la famille en faisant la culture de champs, en allant chercher de l’eau pour la fournir à la famille et en faisant lacuisine. Également, de façon traditionnelle, le fait d’avoir plusieurs femmes manifeste la virilité de l’homme. Un second avantage de détenir plusieurs femmes était d’avoir beaucoup d’enfants. Si ceux-ci ont la chance de ne pas être touchés par une maladie dans leur enfance, ils grandiraient et constitueraient une sorte de sécurité sociale pour les parents. Ainsi, « la polygamie constituait une paradeobjective contre les risques d’une fin de vie misérable. » Ceci démontre une certaine solidarité familiale à l’intérieur d’une Afrique où les systèmes modernes de protection sociale n’existaient pas ; une retraite était donc garantie. Cependant, l’homme passait beaucoup de temps à régler les innombrables conflits qui naissaient et s’éteignaient entre ses femmes. En passant tout son temps àrésoudre les problèmes familiaux, il était dans l’impossibilité de susciter des réformes dans son milieu et dans sa société en général. Ce phénomène est toujours présent, mais autrefois (moins de nos jours), « l’homme pratiquait des corrections corporelles à ses femmes et imposait ainsi un climat de soumission servile par la terreur. Les femmes expriment donc la résignation. »
La polygamie étaitsouvent expliquée par une instabilité numérique entre les deux sexes, ce qui jadis pouvait être expliqué par une plus faible chance de survie pour les hommes que pour les femmes. En effet, quoique la proportion des deux sexes soit normale à la naissance, le nombre d’hommes était anéanti par la chasse et la guerre, des pratiques plus dangereuses que ceux traditionnellement pratiquées par les femmescomme la cuisine. On peut donc dire que le déséquilibre entre les deux sexes a pu avoir lieu dans le passé, mais « non pas comme phénomène naturel, mais comme conséquence d’un état social et politique. »
La polygamie aujourd’hui

Visiblement, la polygamie n’a plus la même signification aujourd’hui qu’il y a cinquante ans en Afrique noire. La liberté d’expression est maintenant plus grande à...
tracking img